Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

24 février 2006 5 24 /02 /février /2006 16:51

L'attitude du musulman envers ses parents

Le musulman est convaincu des droits des parents sur leur enfant. Ce dernier leur doit égards, obéissance et bonté. Non parce qu'ils lui ont donné le jour, ou en contrepartie des bienfaits reçus, mais parce que Dieu le Très Haut a prescrit de leur obéir et de les bien traiter. Il a rendu solidaire leur obéissance et son propre droit à être adoré seul et sans associé.

 


Allah a prescrit de leur obéir et les bien traiter

Allah a dit: (Ton Seigneur a ordonné de n'adorer que Lui.  Il a prescrit d'être bon envers ses père et mère. Soit que l'un d'eux ait atteint la vieillesse, ou que tous deux y soient parvenus, étant à ta charge, garde-toi de marquer la moindre répulsion à leur égard ou de leur manquer de respect. Parle-leur toujours affectueusement.  Fais preuve, à leur égard, d'humilité pour leur témoigner ta tendresse et dis: Seigneur ! Aie pitié d'eux comme ils l'ont été pour moi, lorsqu'ils m'élevèrent tout petit. (Coran, Sourate 17 - Le Voyage Nocturne, verset 23)

Il dit également : Nous avons expressément recommandé à l'homme ses père et mère; sa mère s'étant doublement exténuée, le portant puis le mettant au monde; Son sevrage n'ayant lieu qu'au bout de deux ans. Sois reconnaissant, lui fut-il prescrit, autant envers Moi qu'envers tes père et mère. C'est vers Moi que vous serez ramenés. (Coran, Sourate 31 - Loqman, verset 14)

 

Les paroles du Prophète (P. S. de Allah soient sur lui) envers eux


Un homme demande au Prophète (P. S. de Allah soient sur lui) : "qui dois-je mieux traiter ?".  Le Prophète lui répondit : "C'est ta mère !", "Et ensuite ?", dit l'homme.
"C'est ta mère" fit le Prophète P. S. de Allah soient sur lui "Et puis ?", dit l'homme.
"C'est ta mère", répondit le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui) "Et ensuite ?", continua l'homme. "C'est ton père", finit par dire le Messager de Dieu.

"Dieu vous interdit de désobéir à vos mères, de demander aux gens, ce que vous refusez de leur donner, d'enterrer les filles vivantes, de rapporter toutes sortes de propos, de poser trop de questions et de dilapider votre fortune."

"Voulez-vous que je vous indique les plus graves péchés ?" dit le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui). "Volontiers", dirent les compagnons : "C'est attribuer un associé à Allah et désobéir à ses parents", dit le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui). Comme il était accoudé il se redressa subitement et ajouta : "Gare au faux témoignage ! Gare au faux témoignage !... ...", et il le répéta tellement qu'Abou Bakr s'écria « Plût à Dieu qu'il se tût ! ».

"Aucun enfant ne peut rendre la pareille à ses parents à moins qu'il ne les retrouve en état d'esclavage et qu'il ne les rachète pour les affranchir."

"J'ai demandé au Prophète (P. S. de Allah soient sur lui)", dit Abdallah ben Messaoud, "quelle est l'oeuvre la plus méritoire aux yeux de Dieu ?" "C'est le bon comportement envers le père et la mère", dit-il. "Et après ?", dit Abdallah.
"La guerre sainte", dit le prophète (P. S. de Allah soient sur lui). A ce moment, un homme vint lui demander la permission de s'enrôler dans la guerre sainte. "Tes parents sont-ils vivants ?" lui demanda-t-il "Oui !", répondit l'homme.
"Alors l'effort que tu vas fournir à la guerre, réserve-le pour eux", dit le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui).

 

Après la mort des parents

Un « Ançarite » vint trouver le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui) et lui dit : "Après la mort de mes parents, suis encore redevable envers eux ?"
"Oui", dit le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui), et il ajouta : "il te reste quatre devoirs à accomplir : prier pour eux, demander à Dieu de leur pardonner, accomplir leurs engagements et bien traiter leurs amis et les parents de leur lignée. Voilà ce qui te reste à faire après leur mort."

Il dit encore: "Le meilleur acte qu'un fils puisse réaliser, pour plaire à son père après sa mort, est de continuer à être en bonne relation avec les amis de son père !"

Ces droits étant reconnus par le fils et accomplis dans le but de plaire à Dieu, le musulman doit encore obéir aux ordres de ses parents et s'abstenir de faire ce qui leur déplait.  

 

La limite de l'obéissance aux parents

Cette obéissance n'est autorisée que si elle n'est pas en contradiction avec la loi de Dieu. Dans ce cas aucune obéissance n'est admise à qui que ce soit.

Allah a dit : Si tes Parents te contraignent à m'associer ce dont tu n'as nulle connaissance, alors ne leur obéis pas. Veille pourtant, à observer avec eux, ici-bas, des rapports convenables. (Coran, sourate 31 - Loqman, verset 15)

Le Prophète (P. S. de Allah soient sur lui) dit aussi : "L'obéissance n'est admise qu'en ce qui est convenable." Point d'obéissance quand il y a offense à Allah.

 

Les bienfaits du croyant envers ses parents

Il faut témoigner du respect et de la considération à ses parents, s'humilier devant eux, leur adresser de douces paroles, les bien traiter, ne jamais les rudoyer, ni leur préférer ni épouse ni enfant, ne pas les appeler par leur noms, mais plutôt par «père» et «mère», ne point entreprendre de voyage sans leur consentement.

- Leur procurer toutes sortes de biens possibles, tels que nourriture, vêtements, soins médicaux.

- Les protéger contre tout mal et se sacrifier pour eux.

- Avoir bon rapport avec les parents de leur lignée, prier pour eux, demander à Allah de leur pardonner, exécuter leurs engagements et honorer leurs amis.

 

Sources:

http://www.fleurislam.net

www.islamophile.org

http://www.islamfrance.com

Partager cet article

Repost 0
Published by nadia - dans COMPORTEMENT

Articles Récents