Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

26 mai 2006 5 26 /05 /mai /2006 12:35


Comment corriger un rajout dans la prière

 

Par exemple si la personne qui prie se lève alors qu’elle doit s'asseoir ou le contraire (s'asseoir au lieu de se lever) ou bien ajouter une rakat ou un pilier de la prière.  Donc si elle commet l'un des cas cité alors sa prière sera annulée, par contre si c'est par oubli alors elle se prosterne deux fois.

 

Les rajouts des actes

Donc si la personne rajoute une rakat et qu'elle n'ait pris conscience du rajout qu'une fois la rakat terminée, alors elle se prosterne deux fois (Apres assalam).

 

 Abdou Allah Ibn Massoud a raconté que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a prié avec nous cinq rakats, et quand il en finit, les gens derrière bavardaient, alors le Prophète (sallallahou alayhi wa salam), a dit: « Que se passe t-il ? », ils ont dit: « Ô Prophète de Dieu, est-ce que la prière a augmentée », il (sallallahou alayhi wa salam) répondit « Non », ils ont dit : « Car tu as fait cinq rakats », alors il (sallallahou alayhi wa salam) reprit sa place puis i se prosterna deux fois et il salua.  Il a dit ensuite : « Je suis un être humain comme vous, j'oublie comme vous oubliez, alors si l'un d'entre vous oublie, qu'il se prosterne deux fois.» Rapporté par Mouslim

 

Ici, le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a parlé des choses extérieures à la prière, mais ceci est légal car il a parlé pour l’intérêt de la prière. Par contre si quelqu'un parle par oubli ou par ignorance, quelques savants ont dit que dans ce cas là la prière était annulée et d'autres ont dit qu'elle ne l'était pas.

 

Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) qu'a rapporté Mouaouia Ibn Al Hakem As-Salami, il a dit: «  Alors que je priais avec le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) quelqu'un éternua, je lui ai alors dit «  Qu'Allah te donne sa miséricorde ». Alors le reste des gens qui priaient m'ont jeté un regard, j'ai dit alors «  Pourquoi me regardez-vous de cette manière ? » Alors ils ont tapé sur leurs cuisses avec leurs mains, quand j'ai vu qu'ils ne me répondaient pas je me suis alors tais.  Quand le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) eu fini de prier, je n'ai pas vu d'enseignant avant ou après lui mieux que lui, car je jure par Allah qu’il ne m'a ni détesté, ni frappé, ni insulté, puis il a dit que dans la prière les paroles et les dialogues des gens n'étaient pas autorisés mais seules sont autorisées les glorifications, la lecture du Coran et le takbir. »

 

 Ce qu'on voit dans ce hadith c'est que les savants ont constaté que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) n'a pas ordonné à cet homme de recommencer sa prière et ceci prouve que sa prière était correcte.

 

Ceci est la doctrine de Malik et Ach-Chafi’i : Si dans le cas où la personne salue à la fin de la prière tout en pensant qu'elle finit la prière alors que sa prière a diminué, et puis qu’on a dit à cette personne qu'il manquait une rakat à sa prière par exemple, alors il refait une rakat puis il se prosterne deux fois, et là sa prière est correcte comme dans le hadith de Zou El Yadin.

 

La prosternation de l'oubli se fait avant le salut dans le cas où la prière est diminuée, et elle se fait après le salut dans le cas du rajout comme l'ont prouvé les hadiths.

 

Les rajouts de dires

Quant aux rajouts des dires comme s'écrier AH! Pleurer, éternuer ou rire, si parmi ces actions, il se forme deux syllabes ou plus d'après les savants cette prière serait à refaire. D'après la doctrine d'Amhed. SAUF exception si le pleure provient de la dévotion de celui qui prie, dans ce cas la prière est correcte. Dieu (soubhânahou wa ta'âlâ) a dit : « Abraham était, certes, longanime, très implorant et repentant » (Sourate Hud (11), Verset 75)

 

 Et Abou Hanifa a dit que ces pleures, rires et éternuements étaient entendus, ils seraient comme des paroles.

 

A - Si ces dires concernent la prière alors la prière n'est pas à refaire, parce que le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a entendu un homme dire pendant la prière « La reconnaissance à Allah, une très grande reconnaissance béni soit-il comme l'aime et le veut Dieu. » Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) ne lui a alors pas ordonné de faire deux prosternations de l'oubli.

 

B - Si les dires ne concernent pas la prière, alors la prière est annulée et il faut la refaire.

 

D’après un hadith du Prophète (sallallahou alayhi wa salam) : «Dans la prière les paroles des gens sont interdites mais seule la glorification, la lecture du Coran et le takbir qui doivent être prononcés. »  Rapporté par Mouslim.

 

Et d’après Zayd Ibn Arkam a dit : « Nous étions en train de parler pendant la prière et l’un d’entre nous parlait à son ami, jusqu’à la révélation des versets “ Et tenez-vous debout devant Allah, avec humilité »  (La vache, verset 238). On nous a alors ordonné de nous taire et déconseillé de parler. » Rapporté par Mouslim

 

L’imam Malik et l’imam Ach-Chafi’i ont annulée la prière de celui qui rend le salut alors qu’il est en prière.

Et quelques savants ont déconseillé de jeter le salut à celui qui prie. Mais l’imam Ahmed l’a autorisé.

 

 Si la personne qui prie s’endort pendant la prière puis elle parle après avoir ouvert les yeux, l’imam Ahmed n’a rien dit à ce sujet. L’imam Ibn Oukail a dit que celui s’endort est comme celui qui oublie.

 

Ceci concerne la prière obligatoire, quant à la prière surérogatoire le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a interdit de prier alors que nous avions sommeil.

 

Le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « Si en priant la nuit, l'un de vous somnole, qu'il aille dormir jusqu’à qu'il n'ait plus sommeil.  Car peut-être, au lieu de demander le pardon à Dieu, injurier soi­même. »Rapporté par AI Boukhârî et Mouslim

 

 Et le Prophète (sallallahou alayhi wa salam) a dit : « Ma nation ne sera pas châtié sur l'oubli, sur l'erreur forcée et sur ce qu'on l'oblige à faire. »

 

 Et si celui qui prie parle de choses obligatoires ou comme conseiller un aveugle qui ne sait pas où aller, pour un bébé ayant peur pour lui, ou une bête qui serait dangereuse (vipère, scorpion, loup, etc.) ou le feu qui prend non loin de lui. La plupart des savants ont dit que dans ce cas là, la prière était annulée et même ceux qui suivent l’imam Ach-Chafi’i. Et d'autres savants ont dit que la prière était valable et ont retrouvé cela dans ce qu'a dit l’imam Ahmed.

 

Tous les savants qui ont permis la parole pendant la prière, disent qu’il faut parler le moins possible dans les cas d'urgences cités mais si l'on s'attarde dans le dialogue ceci annule la prière, et tous les savants sont d'accord là-dessus.

 

S'il y a un très grand danger pour celui qui prie ou pour autrui, il faut que ce dernier quitte la prière comme dans la prière de la peur.

 

Source :

« Correction de la prière suivant les quatre écoles »

Abdel Rahman MENEISI. Série des nécessités de la réalité.

Partager cet article

Repost 0
Published by nadia - dans LA PRIERE

Articles Récents