Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

9 juin 2006 5 09 /06 /juin /2006 15:56

Épouser une femme non-musulmane

Le Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche s’est penché sur la question du mariage avec des non-musulmanes et a examiné les diverses études qui ont été menées sur cette question. Après délibération, le Conseil a atteint des conditions.

 

Non musulmane mais doit être croyante

La femme non musulmane doit être une femme scripturaire, c'est-à-dire  femme croyante en une religion d’origine céleste comme le judaïsme ou le christianisme. Elle croit, dans l’ensemble, en Dieu, en Ses Messages, et à la Demeure Dernière. Elle n’est ni athée, ni relapse, ni adepte d’une religion sans lien connu avec le Ciel.

 

La majorité des savants musulmans tiennent pour autorisé le mariage avec les femmes scripturaires, en vertu du verset de la sourate 5, Al-Mâ’idah, qui est l’un des tout derniers versets révélés du Noble Coran : « Aujourd’hui vous sont rendues licites les bonnes choses ; la nourriture des gens du Livre est licite pour vous et votre nourriture est licite pour eux ; les femmes vertueuses parmi les croyantes et les femmes vertueuses parmi ceux qui ont reçu le Livre avant vous, si vous leur versez leur dot en épouses chastes et non point en débauchés, ni en preneur d’amantes »

 

Certains, parmi les premiers musulmans, ont désapprouvé, voire interdit, le mariage avec une femme scripturaire : c’est le cas du Compagnon Abd Allah Ibn Omar. Néanmoins, l’opinion correcte est celle de la majorité étant donné l’énoncé explicite du verset.

 
Les critères que l’on doit prendre en compte

Il y a des critères que l’on doit prendre en compte lorsqu’on entreprend d’épouser une femme scripturaire :

 

- S’assurer qu’elle est bien scripturaire, au sens précisé précédemment.  Ainsi, il est notoire que toute femme occidentale, née de parents chrétiens, n’est pas nécessairement chrétienne à son tour. De même, toute femme ayant grandi dans un milieu chrétien n’est pas nécessairement chrétienne. Elle peut, en effet, être une communiste matérialiste, ou adepte d’une religion non reconnue aux yeux de l’islam, telle que le bahâ’isme. C’est pour cela qu’Allah le Très Haut dit : "Et n’épousez pas les femmes associatrices tant qu’elles n’auront pas la foi, et certes, une esclave croyante vaut mieux qu’une associatrice, même si celle-ci vous enchante. Et ne donnez pas d’épouses aux associateurs tant qu’ils n’auront pas la foi, et certes, un esclave croyant vaut mieux qu’un associateur même s’il vous enchante. Car ceux-là [les associateurs] invitent au Feu ; tandis qu’Allah invite, de par Sa Grâce, au Paradis et au Pardon." (Sourate 2- verset 221)

 

 

- Elle doit être vertueuse et chaste car Dieu n’a pas rendu licite le mariage avec n’importe quelle femme scripturaire. Le verset autorisant un tel mariage assortit cette autorisation d’une restriction aux femmes vertueuses. La vertu consiste à être chaste et à se refuser à la fornication. Il n’y a pas de différence en ce sens entre une chasteté originelle et une chasteté acquise après un repentir.

 

- Elle ne doit pas appartenir à un peuple ennemi de l’islam et des musulmans, à moins qu’elle se démarque clairement de la position des siens. Le Très-Haut dit : "Tu ne trouveras point, parmi ceux qui croient en Dieu et au Jour dernier, des gens qui témoignent de l’affection envers ceux qui combattent Dieu et Son Messager" [Sourate 58-verset 22] alors que le mariage nécessite l’affection comme le confirme le verset suivant : "Parmi Ses signes, il créa pour vous de votre chair des épouses afin que vous trouviez la quiétude auprès d’elles, et Il a déposé entre vous affection et bonté" [Sourate 30- verset 21].

 

- Le mariage avec la femme scripturaire ne doit pas entraîner des troubles ou des préjudices certains, ou très probables, car le recours aux choses autorisées est conditionné par l’absence de préjudice. S’il s’avère que le recours aux choses autorisées est néfaste en général, alors elles peuvent être interdites de manière générale. Si les dégâts sont particuliers, alors elles peuvent être interdites dans des cas particuliers. À mesure que le préjudice grandit, l’interdiction et le caractère illicite se renforcent. Le Prophète (Salla Allah ‘alih wa Salam) dit en effet : "Ni préjudice, ni préjudice réciproque".

 

Les européennes et les américaines sont-elles de cette catégorie?

Elles prétendent être chrétiennes ! Si seulement elles étaient véridiques ! La société européenne se noie dans les péchés jusqu’aux oreilles.

 

Il est impossible que le musulman donne une descendance saine à partir d’un mariage contracté avec des femmes dévergondées et égarées : "Les mauvaises femmes aux mauvais hommes, et les mauvais hommes aux mauvaises femmes. De même, les bonnes femmes aux bons hommes, et les bons hommes aux bonnes femmes. Ceux-là sont innocents de ce que les autres disent. Ils ont un pardon et une récompense généreuse." (Sourate 24- verset 26)

 

Il est vrai que l’islam autorise le mariage avec les femmes du Livre. Mais où sont-elles ? On pourrait trouver des femmes ayant des restes de message divin, de chasteté et de connaissance du Dieu Unique. Le mariage de l’une d’elles avec un musulman peut être pour elle un point d’entrée pour connaître l’islam et l’embrasser. Dans ce genre de mariage, l’enfant est censé être éduqué dans la religion de son père et selon son rite et ses valeurs, mais la réalité est toute autre. On voit des situations très curieuses où l’islam perd le père et sa progéniture ! Le mariage avec une non-musulmane se termine alors par un drame et la modernité triomphante entraîne tout le monde vers le fond...

 

Pourquoi l’islam interdit le mariage entre une musulmane et un non-musulman ?

L’islam interdit strictement tout mariage entre une musulmane et un non-musulman. On considère même qu’une telle union est un nouveau genre de fornication. Une question se pose alors : Pourquoi l’islam autorise-t-il le mariage avec une femme du Livre alors qu’il interdit à la musulmane de s’unir avec un homme du Livre ?

 

La réponse est que le mari musulman ne penserait jamais à humilier Moïse ni Jésus car il les respecte autant que Muhammad et leur attribue noblesse, mission prophétique, force de volonté dans la voie de Dieu et véridicité dans la transmission de leur message ! Voici une chose susceptible de rassurer les adeptes de leurs religions respectives.

 

Mais les juifs et les chrétiens réservent à Muhammad une haine et une rancune capables de décourager les premiers et les derniers. Ils s’arrogent même le droit de le calomnier et de lui associer toutes sortes de bassesses.

Le mariage ne se résume pas à l’attrait d’un mâle pour les atours d’une femelle ! Il s’agit de fonder un foyer sur la quiétude mentale et les vertus sociales dans un cadre bien défini de foi en Dieu, de vie selon Ses enseignements, d’efforts pour élever Sa Parole et transmettre Son Message.

 
Ce qu’on peur craint d’un tel mariage

Les préjudices que l’on peut craindre du mariage avec une non-musulmane prennent diverses formes :

 

- Que le mariage avec les non-musulmanes se généralise au point que cela mette en difficulté les musulmanes aptes à se marier.

 

- Que les gens fassent preuve de laxisme dans le respect du pré requis de la chasteté que le Coran exige pour autoriser le mariage avec les femmes scripturaires.

 

- Que l’on craigne que la descendance soit dévoyée, ou que, de son vivant, l’époux lui-même soit affecté par son épouse non-musulmane et, après sa mort, dans le traitement réservé à sa dépouille et à sa succession.

 

Source :

http://www.islamophile.org

Partager cet article

Repost 0
Published by nadia - dans FAMILLE

Articles Récents