Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 21:00


Contenu de la catégorie : Art et culture, cliquez sur le sujet qui vous intéresse. Vos commentaires et suggestions sont les bienvenues.



 

La calligraphie dans le Coran

 

Les écritures maghrébines

 

La calligraphie arabe

 

 

Repost 0
Published by nadia - dans ART ET CULTURE
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 16:04

La calligraphie dans le Coran

 


L'orthographe des copies du Coran faites par la commission présidée par Zeyd ibnou Thabit à la demande du Calife Othmane, ne présentait, aucun signe diacritique ni symbole de voyelles.

Dès le premier siècle de l'hégire (7ème siècle de l'ère chrétienne), avec l'expansion de l'islam et les conversions successives de peuples non arabes, le besoin de faciliter l'accès au Coran en améliorant son orthographe s'est fait sentir.



Bien que les règles d'écriture n'aient subi aucun changement (jusqu'à nos jours) des signes diacritiques (points distinguant des lettres) et des symboles de voyelles ont été introduits. Cette amélioration a été faite par étapes successives. Malgré l'intérêt et la nécessité de cette oeuvre elle ne s'est pas faite sans hésitation. Car des savants débattirent jusqu'au du 4ème siècle de l'Hégire (9ème siècle de l'ère chrétienne) au sujet de sa légalité. Certains y voyaient une forme d'hérésie (Bid'a)! Avec le temps, cette crainte de "déformer" le Coran par l'introduction des signes diacritiques fût dépassée par une autre crainte que des gens finissent par réciter le Coran d'une manière erronée faute de signes.



L'amélioration du texte écrit va continuer, avec le temps, par l'introduction de signes marquants la fin des versets, puis, leur numérotation, les titres des Sourates, le découpage du Coran en parties (Qui permet de fixer un programme de lecture quotidienne selon les convenances de chacun)


Il est à remarquer que toutes ces améliorations avaient connu, au début, le rejet de certains savants, puis leur utilité d'une part et l'absence de risque par rapport au texte coranique d'autre part les ont rendus unanimement admises.


Dans les premiers siècles, l'écriture Arabe qui était une des préoccupations essentielles des musulmans, s'est transformée en Art de la Calligraphie du Saint-coran, qui a connu de grandes mutations dans l'évolution de son style.


Le premier style est celui des plus anciens Corans qui ont été découverts. C'est un style qui a été improprement appelé Coufique, car la plupart des spécialistes dans ce domaine ont déclaré n'avoir rencontré aucun Coran complet ou Coufique.

 

L'Evolution de l'écriture du Coran

(Par ordre de gauche à droite, Coran Andalusi 12ème siècle,  Coran mamelouk 14ème siècle, Coran  16ème  siècle et  Coran  18ème siècle)


 


Quelques rares manuscrits du Coran
 
Écriture andalouse Manuscrit
constitué
en legs par
Ahmad Pacha Bey à
la
Mosquée
de Al-Muhammadia en 1259 H.




Ecriture maghrébine ancienne,

réalisée par Mohammad ben

Abderrahman ben Issa en 982 H.





Écriture naskhi élégante  réalisée

par Mustapha ben Manella 

al-Ayoubi en 1ben Manella  204H.




Sources :

http://www.typographie.org

www.typographie.org
http://www.fleurislam.net

http://www.bibliotheque.nat.tn

http://classes.bnf.fr

www.unesco.org

Repost 0
Published by nadia - dans ART ET CULTURE
26 avril 2006 3 26 /04 /avril /2006 03:40

Les écritures maghrébines


Au Maghreb, l’Occident islamique, des formes spécifiques d’art furent développés; la calligraphie n’échappa pas à cette tendance. C’est ainsi, que le Coufique occidental se développa vers 670 à Kairouan. Ce Coufique est sensiblement plus arrondis que son homologue oriental et surtout fait preuve d’une plus grande cursivité grâce à ses courbes bien déterminées et ses demi-cercles presque parfaits.

 

De ce Coufique, nacquit le Maghribi, une écriture cursive qui surpasse en délicatesse les autres cursives orientales par la finesse de ses lignes, la liberté coulante de ses courbes ouvertes, la clarté et la rondeur de ses boucles et par-dessus tout, par les fioritures accusées sous les lignes qui lui confèrent une qualité unique d’intégration. Un autre aspect du Maghribi est que ses déliés se terminent invariablement par une légère courbe vers la gauche, en une fin assez émoussée, tandis que ses pleins ont une ligne effilée dont les courbes, tournées aussi vers la gauche, peuvent se prolonger jusqu’à l’aire du mot situé au-dessus.

 

Les quatre styles de Maghribi

 

On distingue quatre styles de Maghribi que sont le Qayrawani, l’Andalousi, le Fasi et le Soudani

 


Le Qayrawani dénote une légère ressemblance avec le Naskhi et a de très courts déliés. Une variante monumentale est utilisée dans les Corans.


 



 

L’Andalousi est plus compact et plus délicat que les autres styles. Originaire de Cordoue, il fusionna avec le Fasi lorsque les Arabes durent quitter le sol espagnol.

 


Le Fasi (de Fez au Maroc) est de plus grande dimension que l’Andalousi et est moins décoré que ce dernier.

 


L’écriture Soudani a d’abord été créée à Tombouctou vers 1210 avant de se développer en Afrique sub-saharienne. Écriture favorite des peuples musulmans de cette région, ses lignes sont plus épaisses et ses lettres plus denses que le Maghribi issu du Fasi et de l’Andalousi.

 

Sources :

http://www.typographie.org

http://assia.apinc.org/plan.php3

Repost 0
Published by nadia - dans ART ET CULTURE
22 avril 2006 6 22 /04 /avril /2006 08:00

Salam alikoum wa rahmato Allah wa barakato, suite à un commentaire que j'ai reçu le 05/04/2006 dont l'auteur m'a demandé de faire un article sur la calligraphie arabe, pour lui faire plaisir ainsi que tout les visiteurs de mon blog, voila un premier article sur la calligraphie, j'espère inchallah que ça vous plaira.

 


 
  La calligraphie arabe

 

 


La calligraphie arabe s'est développée très vite après la rédaction du premier coran au milieu du VIIe siècle. Elle fut également accélérée par l'interdiction plus ou moins observée de toute représentation de personnes animées. Ainsi, sur chaque mosquée on retrouve des passages du Coran calligraphiés la où dans les églises catholiques par exemple on peut trouver tableaux et sculptures des acteurs de la Bible.

 

Les styles de la calligraphie arabe


Il semble que le style le plus ancien, et dans lequel sont réalisés les plus anciens manuscrits du Coran (Bibliothèque Nationale de France et British Library de Londres) est le style hijâzî (de "Hedjaz", région d'Arabie Saoudite). Ce style se caractérise par une écriture dont les verticales sont inclinées vers la droite.

 

Style koufique

Plus tard est apparut le fameux style coufique. Le coufique connu ensuite plusieurs variantes (coufique fleuri, coufique géométrique): ce style d'écriture (anciennement appelé "Hiri" et issu de l'écriture syriaque) tire son nom de la ville iraquienne de Koufa. Cette écriture illustre certains très beaux corans du Xième siècle.

 

Style perse (farsi) :

Ce style cursif met en valeur les courbes de la lettre arabe en réduisant les figures angulaires, lui conférant une élégance toute particulière.

 

 

Thuluth (un tiers) :

Le Tholoth, apparu au VIIe siècle, est une écriture statique et monumentale, essentiellement utilisée à des fins décoratives dans les manuscrits et les inscriptions. Elle a également été utilisée pour la copie des Corans, surtout pour les têtes de chapitre et les colophons. On la considère comme la plus importante des écritures ornementales.

 

Style Naskhi ("du copiste"):

Le Naskhi, dont les origines remontent au VIIIe siècle, est apparue dans sa forme systématisée au IXe siècle. Considérée comme peu élégante, elle était surtout utilisée pour la correspondance ordinaire. Avec l'arrivée du papier, qui remplaça le parchemin, et grâce à Ibn al-bawbab qui en fit une écriture élégante, ce style gagna ses lettres de noblesse et servit d?écriture principale de Corans. À ce jour d?ailleurs, il y a plus de Corans copiés en Naskhi que dans toutes les autres écritures arabes réunies. Elle est presque toujours formée de courts traits horizontaux et de verticales d'égale hauteur au-dessus et au-dessous de la ligne médiane. Les courbes sont pleines et profondes, les jambages droits et verticaux, les mots bien espacés en général.

A partir du naskhi, le calligraphe Ibn Moqlah identifia six styles d'écriture

 

Le Mohaqqaq:

Le Mohaqqaq était originellement une écriture dont les lettres étaient moins angulaires que le Coufique, avec des ligatures bien espacées; l?ensemble était « produit avec méticulosité » comme son nom l?indique. Avec la découverte du papier autour de 750, l?écriture acquit une certaine rondeur qui la rendit plus facile à tracer et devint l?écriture favorite des scribes. Modifiée par Ibn Moqlah, elle conserva ses déliés allongés sans presque de pleins ni d?enjolivures accusées sous les lignes. Cela en fit l?écriture favorite des Corans de grand format.

 

Le Rayhani:

Le Rayhani, né au IXe siècle a des liens de parenté certains avec le Naskhi et le Tholoth. Elle est caractérisée par la finesse de ses lettres, finesse accentuée parce que le traits et les fioritures des lettres se terminent en pointes aiguës, et que les signes diacritiques sont très fins et toujours appliqués à l?aide d?une plume différente, dotée d?une entaille beaucoup plus petite. Elle est également considérée comme la sur du Mohaqqaq car, entre autre, le centre des boucles des lettres n'est jamais rempli. Néanmoins, à la différence du Mohaqqaq, il utilise pleinement les fioritures sublinéaires, comme le Tholoth. Le Rayhani fut surtout prisé pour les grands Corans par les Perses.


Le Tawaqi

Le Tawaqi (signature) est issu de l'écriture Riyasi, que les califes abbassides utilisèrent pour signer leur nom et leur titre. Plus arrondie que le Tholoth, l'écriture Tawaqi est assez proche de l'écriture Riqa, mais s?en distingue par des lignes plus épaisses, des courbes plus arrondies, ce qui lui donne une apparence beaucoup plus lourde. Elle est également plus grande et plus élégante que le Riqaa ce qui en fera une écriture utilisée pour les occasions importantes.


Le Riqaa


L'écriture Riqaa (petite feuille) provient à la fois du Naskhi et du Tholoth. La forme géométrique de ses lettres et particulièrement les fioritures des finales, ressemble beaucoup à celles du Tholoth, mais elle est bien plus petite et dotée de courbes plus arrondies et ses Alefs ne sont jamais écrits avec des barbelures. Le centre des boucles des lettres est invariablement rempli, les lignes horizontales sont très courtes et les ligatures structurées avec densité, les finales étant souvent attachées aux initiales. Son emploi fut réservé au courrier personnel et pour les livres profanes de moyen format. C'est aujourd'hui l'écriture manuscrite la plus employée dans le monde arabe.


Le Toma:

Il est possible d?ajouter à ces six écritures principales, l?écriture Tomar qui aurait été conçue sous le premier calife omeyyade Moawiya (661-680). Ce dernier en fit une écriture royale et est à ce titre une des plus anciennes écritures arabes. Bien qu'elle ait gardé des caractères grands et lourds, elle perdit vers le Xe siècle, son aspect statique et angulaire.


Ils existent encore d'autres styles d'écriture, que je développerai dans un autre article inchallah.

 

 

Sources :

http://www.fleurislam.net

http://www.typographie.org

Le monde islamique, de Robert Irwin, Flammarion, 1997.

Repost 0
Published by nadia - dans ART ET CULTURE

Articles Récents