Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 21:24


Contenu de la catégorie : miracle, cliquez sur le sujet qui vous intéresse. Vos commentaires et suggestions sont les bienvenues.




La barrière aquatique : El-mourouj, El-barzakh

Les réalités scientifiques du Coran : la naissance de l'homme

Miracles dans l’univers

Miracle sur les écailles d’un poisson

 

Repost 0
Published by nadia - dans MIRACLES
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 17:41

L'homme descend-il du singe ?

 

La théorie de l'évolution, malgré la propagande insolente dont elle a bénéficié pour nier la création, a été plusieurs fois critiquée. Plusieurs scientifiques se sont cassé les dents à vouloir la démontrer et certains ont créés des preuves de toutes pièces censées prouver que l'homme et le singe ont un ancêtre commun. Darwin a été le premier à confesser les faiblesses de sa théorie dans le dernier chapitre de son livre « l’Origine des espèces ».

 

Pour beaucoup de gens, la question de savoir " si l'homme descend du singe ou non " vient à l'esprit lorsque la théorie de Darwin est citée. Mais avant d'arriver à cela, il y a de nombreuses questions auxquelles la théorie évolutive a besoin de répondre. La première question est la suivante : comment le premier organisme vivant est-il apparu sur terre ?

 

Les évolutionnistes répondent à cette question en disant que le premier organisme fut une cellule qui émergea par hasard d'une matière inanimée. Selon la théorie, à une période où la Terre consistait en roches inanimées, terre, gaz, etc., un organisme vivant se forma par hasard sous les effets conjugués du vent, de la pluie et de la lumière. Cette affirmation évolutive, toutefois, est contraire à l'un des postulats fondamentaux de la biologie : la vie ne vient que de la vie, ce qui signifie que les matières inanimées ne peuvent générer de la vie.

 

Reste le fait que l'homme présent des similitudes morphologiques et génétiques avec les animaux en général et les singes en particulier. Certes. Mais ce n'est pas non plus une preuve scientifique de la nécessaire parenté de l'homme et du singe. D'un point de vue de la raison pure, l'existence de ces similitudes peut s'expliquer par l'idée que l'homme et le singe ont une ascendance commune. Mais cela peut aussi s'expliquer avec l'idée de la création de la lignée humaine de façon autonome : pour nous, la composante corporelle de l'homme n'est pas le résultat d'un péché originel – notion inexistante dans les références musulmanes – mais fait au contraire partie intégrante de la nature humaine telle que Dieu l'a créée. Dès lors, Dieu, ayant voulu créer la lignée humaine pour qu'elle vive sur terre l'épreuve de la vie terrestre, l'a dotée d'une part des spécificités que sont ses sens spirituel et moral, sa conscience, son âme, sa raison et son intelligence, mais aussi, d'autre part, des perfectionnements corporels présents chez d'autres êtres terrestres, et dont, dans le règne animal, la lignée des primates présente les spécimens les plus accomplis. Car "il fallait à l'homme, écrit Bucaille, un système respiratoire analogue à celui des autres animaux consommant l'oxygène de l'air, un système digestif assurant la nutrition (…). Et on pourrait ainsi passer en revue d'autres parties de l'organisation humaine pour aboutir à la même conclusion : il fallait qu'existent ces similitudes morphologiques et fonctionnelles pour que l'homme [puisse] vivre sur terre"

 

Laissons à présent de côté l'aspect de la compatibilité de ces deux idées avec ce qui est démontré scientifiquement – nous l'avons vu, aucune des deux idées ne contredit en soi les preuves scientifiques – ; concentrons-nous maintenant sur la conception de la vie de l'homme sur terre que chacune de ces deux conceptions engendre : quelle conception de sa vie et de son rôle sur terre aura l'homme qui ne se perçoit comme rien d'autre que le descendant d'un ancien animal et le cousin des grands singes ; et quelle conception de sa vie aura l'homme qui se perçoit comme transcendant les animaux : devant vivre sur la terre, il a des caractéristiques physiques communes avec l'animal ce que Shâh Waliyyullâh évoque sous le nom de "al-bahîmiyyah" –, mais sa lignée a été créé de façon autonome par Dieu, qui lui a donné des caractéristiques que ne possède aucun animal – "al-malakiyya" selon Shâh Waliyyullâh – : un sens spirituel et éthique inné, le sens du choix, le questionnement sur le sens de son existence, et la nécessité de rendre des comptes pour tout ce qu'il aura fait sur terre.

 

La détermination du rôle qu'en tant qu'humain on a à remplir sur cette terre, de ses valeurs et du cadre de ses actions est fonction de plusieurs éléments ; l'un d'eux est l'idée qu'on se fait de l'être même de l'homme. Quelles seront les conséquences respectives de la première et de la seconde de ces conceptions de l'origine de l'homme sur la perception que celui-ci aura de lui-même et de son rôle sur terre ?

 

La théorie selon laquelle l'homme descend du singe ne tient pas, déclare ici l'auteur. L'ancêtre de l'homme n'est ni un grand singe descendu de son arbre, ni un quadrupède qui se serait peu à peu redressé, ni un australopithèque. Il était un primate, déjà bipède, vivant au sol. Ses mains n'ont jamais servi de pieds, l'homme n'a jamais marché à quatre pattes. Se fondant entièrement sur des arguments anatomiques qui récusent toutes idées reçues, Yvette Deloison pose plutôt la question : « Pourquoi la bipédie a été conservée par l'homme ? ».

 

Si l'homme descend du singe, et plus précisément du chimpanzé, la séparation entre les deux espèces pourrait avoir été plus longue, plus tardive et plus compliquée que ce que l'on pensait, ont déclaré des scientifiques.  Il se serait ainsi écoulé près de quatre millions d'années entre le moment où l'homme a commencé à s'éloigner du chimpanzé et la rupture finale, les deux espèces continuant encore à se reproduire entre elles de temps en temps pendant toute cette période. Grâce à une étude comparée des codes génétiques des hommes et des singes, les scientifiques issus de Harvard et de l'institut de technologie du Massachusetts (MIT), ont démontré que certains pans du génome humain sont plus anciens que d'autres et remontent à l'époque de la cohabitation entre les deux espèces.

 

Selon les chercheurs, les régions les plus jeunes du génome sont incroyablement récentes et laissent penser que la séparation serait intervenue bien plus tardivement que prévu. Ces découvertes font planer le doute sur l'identité du crâne vieux de sept millions d'années -soit antérieur à la séparation d'après les calculs des scientifiques- baptisé Toumaï et considéré comme le plus ancien représentant de l'espèce humaine. Le crâne fossilisé de Toumaï est peut-être plus récent qu'on ne l'avait imaginé, a avancé Nick Patterson du Broad Institute de Harvard, coauteur de l'étude.

 

On peut lire à ce propos dans le livre de Harun Yahya "le mensonge de l'évolution". Darwin était parfaitement conscient que sa théorie recouvrait plusieurs anomalies. Il en a fait la confession dans le chapitre "Les difficultés de la théorie" de son livre. Ces difficultés concernaient, en premier chef, les archives fossiles, des organes complexes d'êtres vivants qui ne peuvent pas être expliqués par la coïncidence (par exemple, l'½il). Darwin espérait que ces difficultés seraient surmontées grâce à de nouvelles découvertes. Toutefois, cela ne l'a pas empêché de fournir des explications inadaptées à un bon nombre de ces difficultés. Le physicien américain Lipson a commenté les "difficultés" de Darwin comme suit:
A la lecture de L'origine des espèces, j'ai trouvé que Darwin était beaucoup moins sûr de lui-même qu'on aime souvent le présenter. Le chapitre intitulé "Les difficultés de la théorie", par exemple, démontre un doute manifeste. En tant que physicien, j'ai été particulièrement intrigué par son commentaire sur le fait que l'½il est apparu.

 

Que dit le Coran

 

Examinons les versets coraniques qui traitent l'évolution humaine, le Livre Sacré soutient expressément l'origine commune de tous les êtres du règne animal. A cet égard il nous faut marquer une pause pour mettre en évidence une vérité, celle relative à l'appellation commune sous laquelle sont désignés tous ces êtres. Réfléchissons sur les versets coraniques suivants : "En vérité dans la création des cieux et de la terre, dans l'alternance de la nuit et du jour, les vaisseaux qui voguent sur la mer (avec des cargaisons) profitables aux hommes, l'eau de pluie que Dieu fait descendre du ciel pour redonner la vie à une terre morte, où il a disséminé toutes espèces d'animaux, dans les variations des vents et des nuages entre ciel et terre (à la volonté de Dieu), dans tout cela, il y a des signes pour les hommes doués d'intelligence". (La vache : 164)

 

"Dieu a créé tout animal à partir de l'eau. Parmi (les êtres vivants) les uns se déplacent en rampant, certains sur deux pattes, d'autres sur quatre. Dieu crée ce qu'Il veut, car Dieu est omnipotent". (La lumière : 45)      

     

"Il a créé les cieux sans piliers pour vous, jeté sur la terre des monts immobiles pour qu'elle ne branle pas sur vous. Il y dissémine toutes sortes d'animaux. Du ciel, il fait descendre (de l'eau) par laquelle il fait pousser des végétaux de toute espèce par couples généreux" (Luqman : 10)

 

"Dans votre création et celle des bêtes, il y a (aussi) des signes pour ceux qui croient avec certitude" (Al-Jathia : 4)

 

"Ne sais-tu pas que devant Dieu se prosternent tous ceux qui sont dans les cieux, tous ceux  qui sont sur la terre, ainsi que le soleil, la lune, les étoiles, les montagnes, les arbres, les animaux et beaucoup d'hommes? Le châtiment sera mérité par beaucoup de ces derniers. Celui que Dieu avilit n'aura personne pour l'honorer. Dieu est libre dans  ses actes". (Le pèlerinage : 18)

 

"Sont également de couleurs différentes, les  hommes, les animaux, le bétail. Seuls les  savants redoutent Dieu, parmi ses seviteurs. Dieu est Puissant et Clément". (Fatir : 28)

D'après ces versets, il apparaît nettement que le Saint Coran a utilisé le terme "bête" soit au masculin soit au pluriel dans un contexte où il est question  d'hommes aussi bien que d'autres "créatures animales" dont le dénominateur commun est qu'elles se déplacent sur terre. Aussi ne manque-t-on pas de s'étonner que d'aucuns réfutent catégoriquement que l'homme partage un passé commun avec les autres êtres de l'ordre animal que Dieu a créé. Car si Dieu a désigné toutes ses créatures, y compris l'homme sous le terme "bêtes" et s'Il a montré de par Son Livre Sacré, tous les détails concernant le développement de l'homme qui, à l'instar de tous les autres animaux, est né d'une seule et même matière, alors pourquoi s'étonner à l'assertion que l'homme et l'animal ont  un passé commun? Dans le Saint Coran, Dieu rappelle qu'Il a créé toutes les bêtes qui existent dans les cieux et sur terre d'une  même matière: l'eau. Dès lors, tous les animaux de la terre et  des cieux  ont en commun la matière dont  ils sont créés : "Dieu a créé tout animal à partir de l’eau. Parmi les êtres vivants, les uns se déplacent en rampant, certains sur deux pattes, d'autres sur quatre. Dieu crée ce qu'Il veut, car Dieu est omnipotent (La Lumière : 45). D'emblée, cette généralisation semblerait quelque peu étrange à tous ceux qui n'auraient pas profondément réfléchi sur le verset suivant : "Parmi ses signes, il y a la création des cieux et de la terre et des bêtes qu'il y a disséminées et qu'il peut réunir lorsqu'Il veut (La Concertation : 29)

En montrant clairement qu'il existe une vie animale aussi bien dans les cieux que sur  terre. Ainsi tous  les êtres vivants ont bel et bien une origine commune que l'on ne peut nier dès lors que le Coran, tout comme la science expérimentale moderne, a attribué la genèse de l'être vivant à une matière  seule et unique. En effet, cette science a démontré de manière péremptoire que tous les êtres vivants sont faits de la même matière : l'eau. Examinons encore une fois ces versets qui montrent que Dieu a créé l'homme à partir de l'eau : "C'est Lui qui, de  l'eau, a crée l'homme, de qui Il a tiré la parenté (par les mâles) et l'alliance (par les femmes). Ton Seigneur est omnipotent". (La distinction : 54)

"Dieu a créé tout animal à partir de l'eau. Parmi les êtres vivants les uns se déplacent en rampant, certains sur deux pattes, d'autres sur quatre. Dieu crée ce qu'il veut, car Dieu est omnipotent". (La lumière: 45). Ainsi, à l'examen des versets susmentionnées, il apparaît clairement que Dieu a créé et l'homme et les autres êtres vivants à partir de l'eau.

 

Conclusion

 

L’idée d’une évolution des espèces animales n’est en soi pas incompatible avec les croyances islamiques. L’est en revanche celle qui fait du Hasard le "moteur" de cette évolution, puisque ce ne peut être que Dieu qui a guidé l’évolution du vivant à travers des mécanismes matériels tels que l’adjonction de gènes, les modifications de l’environnement, etc.

 

L’idée de légère évolution à l’intérieur de la lignée humaine n’est en soi elle non plus pas incompatible avec les croyances musulmanes. Cependant, est irrecevable celle qui fait des humains une lignée issue d’une forme archaïque de primates. En effet, d'après l'islam, la lignée humaine a débuté avec un couple d’humains, créés par Dieu de façon autonome par rapport aux espèces animales.

 

Sources :

http://www.harunyahya.com

www.maison-islam.com

www.yahoo.fr

Repost 0
Published by nadia - dans MIRACLES
15 juin 2006 4 15 /06 /juin /2006 16:03

La barrière aquatique : El-mourouj, El-barzakh

Par le Dr. Mustapha Mohammed El Djamel

Depuis près de 1500 ans, le Saint Coran a traité l’existence du Barzakh qui est une zone connue sous le nom de la barrière aquatique séparatrice « Water bar ». C’est un miracle chimique auquel les savants d’aujourd’hui ont réussi à aboutir et ce, après une inlassable expédition d’interprétation, d’interrogation et d’explication scientifiques.

 

 Il convient de souligner que la barrière aquatique « El-Barzakh » se prononce « Bar » en anglais. Ces deux mots sont voisins et ayant la même origine concernant le sens et la prononciation. Seulement, le terme « Bar » ne contient pas la lettre «خ » « kh ». Aussi, la formation de cette barrière se soumet à des lois dites «La théorie biochimique » (voir la référence n°1).   

 

Importants emplacements coraniques évoquant la barrière aquatique

 

La barrière aquatique est citée dans quatre Sourates au nombre de quatre versets. Son évocation est claire dans Sourate El-Fourqan (verset 53) : « Et c’est Lui qui donne libre cours aux deux mers : l’une douce, rafraîchissante, l’autre salée, amère. Et Il assigne entre les deux une zone intermédiaire et un barrage infranchissable ».

 

Sourate An-Naml (verset 61) : « N’est ce pas Lui qui a établi la terre comme lieu de séjour, placé des rivières à travers elle, lui a assigné des montagnes fermes et établi une séparation entre les deux mers,-Y a-t-il donc une divinité avec Allah ? Non, mais la plupart d’entre eux ne savent pas » mentionne l’existence du miracle de la barrière entre les deux eaux.

 

Alors que Sourate Fatir (verset 12) : « Les deux mers ne sont pas identiques : (l’eau de) celle-ci est potable, douce et agréable à boire, et celle-là est salée, amère. Cependant de chacune vous mangez une chaire fraîche, et vous extrayez un ornement que vous portez. Et tu vois le vaisseau fendre l’eau avec bruit, pour que vous cherchiez certains (de produits) de Sa grâce. Peut-être serez-vous reconnaissants» où elle (la barrière) est sous-entendue, elle parle de l’inégalité entre les eaux salées de la mer et celles, étant douces du fleuve. C’est une vérité scientifique qui a été récemment prouvée et confirmée.

 

Dans Sourate Ar-Rahman, le verset 19 « Il a donné libre cours aux deux mers pour se rencontrer ; il y a entre elles une barrière qu’elles ne dépassent pas ». Nous décrit deux mères (en arabe : Maraja El-Bahrein) L’une est douce et rafraîchissante, l’autre est salée et amère. Le verset 20, quant à lui, fait la description de ce prodige miracle de la barrière aquatique qui sépare deux mers.

 

   De grâce, Allah a fait que cette séparation soit due à des différences dans les décompositions chimiques des deux eaux, et qu’Il a distingué l’une de l’autre par la densité et les forces de la tension de surface,  dites aujourd’hui «la viscosité». Et il en ressort le phénomène de l’accroissement de la résistance des eaux, qui résulte d’un autre phénomène découvert depuis peu de temps, celui de « la résistance de la couche fine ». Il s’en suit que ce fait affecte beaucoup sur la vitesse des constructions navales naviguant sur les eaux salées de la mer que celles des fleuves. Ce phénomène scientifique à cause duquel et dans certains pays européens, les ports ont été construits sur les fleuves en vue de protéger les navires et l’ancrage contre toute éventuelle marée, et le reflux marin du rivage pendant plusieurs heures qui fait obstacle devant l’embarquement et le débarquement des navires, notamment si le port est directement édifié sur la mer.

 

Dans ce cadre, prenons l’exemple des ports fluviaux en Grande-Bretagne étant construits à plusieurs miles des eaux salées, en vue d’éviter l’échouage, le chavirage ou l’écoulement des navires et des bateaux. Citons le port de Londres à titre d’exemple, qui se trouve sur le fleuve Tees, et celui de Newcastle (port du nord-est de l’Angleterre) sur le fleuve de la Tyne.

 Etant dit, Allah nous a donné de sa parole divine tout ce qui nous empêche de s’éloigner de l’Islam de le considérer comme une religion désuète n’appelant pas au développement et à la modernisation. Alors, examinons les versets coraniques suivants pour en tirer argument des miracles merveilleux qui ne cessent de se produire dans notre vie.

 

Les versets des Sourates El-Fourqan, Fatir, et Al-Rahman nous informe qu'Allah, qu'Il soit exalté, a crée les deux mers en permettant qu'elles soient dans les zones El-Mourouj, (Elles ressemblent à celles des pâturages. On dit : le berger fait pâturer son bétail, c'est-à-dire, l'envoyer manger de l'herbe. Dans cette optique, l'origine du terme El-maraj " en arabe" est le mélange. Il peut s'attribuer au mot pâturage d'autant que ce dernier est le lieu où tout type de bestiaux se nourrit de l'herbe).  Ces zones contiguës sont connues sous le nom de celles des embouchures des fleuves lors de leur rencontre avec les eaux salées de la mer. Les deux mers ne sont pas identiques.

 

   De son côté, l'eau fluviale est douce, potable et agréable à boire (Notons que l'origine du terme Fourat "en arabe" c'est désaltérer la soif). L'eau de la mer est salée et amère (L'origine du mot Oujej est Ajij " en arabe", il peut signifier : s'enflammer). Alors, boire de l'eau salée augmente notre soif tout en ayant un effet ardent, ressemblant à celui du feu qui peut s'enflammer à l'intérieur de notre corps, comme suite au phénomène de la pression osmotique qui chasse les liquides aqueux vers l'intérieur ou l'extérieur de la cellule. Ce fait a une grande importance au point de vue de l’équilibre entre les différents électrolytes de l'organisme (sodium, potassium, calcium, chlore, …).

 

   En comparaison avec ce phénomène qui se manifeste dans notre organisme, Allah le Tout Puissant, a établi une séparation invisible entre les deux eaux de façon que l'une ne se mélange pas avec l'autre.  Il a également assigné entre elles un barrage infranchissable empêchant le mélange lors de leur rencontre. Autrement dit, Allah a fait en sorte qu'aucune des deux mers ne dépasse cette barrière aquatique et invisible, dans le but, entre autres, de mettre obstacle devant l'augmentation du niveau de l'eau de mer à celui de l'eau fluviale dans la zone de rencontre.  Par cela, ce phénomène évite encore l'émergence imprévue d'un autre fleuve à l'embouchure, pouvant, est-il possible, entraîner une certaine gangrène de la terre et la pénétration de l'eau de mer aux profondeurs. A ce stade, la terre s'abîme et perd ses caractéristiques entant que terre arable et cultivable.

   

Affirmations scientifiques et interprétations chimiques par delà des versets coraniques

 

   Les éminents versets coraniques nous exposent l’un des miracles scientifiques ayant été découvert par les savants depuis une brève période. Il s’agit, comme nous l’avons déjà souligné, du phénomène de la non association des eaux douces avec les eaux salées de la mer, en conséquence, tantôt de la différence en viscosité, et tantôt, d’autres facteurs connus sous le nom de « la tension de surface ». Signalons que celle- ci varie selon les taux de sel et le degré de salinité, et en raison d’autres facteurs physiques et géométriques qui ne font pas l’objet de notre étude d’aujourd’hui.

   

Revenons au sujet de la barrière aquatique, il est patent que géométriquement la viscosité de l’eau douce est moins que celle de l’eau salée, si bien que la couche supérieure dans la zone de la barrière se constituera d’eau douce, alors que la couche inférieure se formera de l’eau salée (Voir référence n°2). En plus que le mot Mourouj peut signifier le mélange entre les deux eaux ; un fait prouvé par la science moderne.

D’après la figure n°1 (prise de la référence n°3), il est montré que les courants aquatiques dans la zone de rencontre des deux eaux douces et salées se représentent en flèches dans la direction de la puissance résultant du courant.



Selon la figure n°2 (prise de la référence n°2), cette puissance pousse les eaux douces de la rivière étant donné que leur viscosité est légère en amont de l’estuaire. Ainsi, nous observons le contrecoup et le rebondissement des eaux de la mer du bas du fond. En faisant en sorte qu’il y’ait une zone où les deux types d’eaux ne se mélangent pas malgré la présence des vagues et du mouvement des courants aquatiques.

   


Gloire à Allah le Tout Puissant qui a crée la mer et le fleuve, et a placé entre eux une barrière invisible et infranchissable de façon que les eaux de l’une ne se mélangent pas avec les eaux de l’autre ! N’est ce pas qu’Allah est capable de faire toute chose et toute chose ne peut se passer de Lui ; toute chose est facile à faire pour Lui.

 

Passons en revue les points essentiels contenus dans ce travail d’investigation et rangés dans la référence n°3, pour se rendre compte que tout ce dont on parle, sur les vérités scientifiques, a été évoqué dans le Saint Coran qui a été révélé à notre prophète Mohammed qu’Allah le bénisse et le salue, le bien-aimé d’Allah qu’Il a élu et approuvé.

 

Il convient de signaler qu’un prototype indiqué dans ce travail d’investigation (voir référence n°3) a été appliqué au niveau de trois différentes et espacées régions du monde. Les résultats de cette expérience ont été identiques en faisant l’objet de l’existence d’une barrière entre les eaux douces et les eaux salées de la mer. Les zones en question sont :

 

1- L’estuaire de la baie de Chesapeake (voir référence n°3), la figure n°3 : Montre l’existence de la barrière aquatique séparant les deux eaux, douces et salées à l’estuaire de la baie de Chesapeake. L’image définit la présence de la barrière en bleu clair, les eaux douces en vert clair. Alors que les eaux de la mer sont distinguées en bleu foncé.

 


2- L’estuaire de Fraser et de la Géorgie
dans la région de Vancouver au Canada. Figure n°4 : Présente la barrière aquatique séparant les eaux salées et douces à l’embouchure du fleuve Fraser et les eaux de la baie de la Géorgie dans la région Vancouver au Canada.

 

3- Considérée comme un objet d’étude en cours (voir référence n°3), cette zone s’agit de la mer sud de la Chine, abordée dans la figure n°5. Celle-ci fait paraître la barrière aquatique sous forme de légères lignes.  la figure n°5 : Montre la présence de la barrière aquatique séparatrice dans la zone de la mer sud en Chine au moment de la rencontre des eaux avec celles de l’Océan pacifique.

 

Conclusion

 

En résumé, cette étude nous a fait vraiment constater des vérités éclairées et scientifiques qu’on peut récapituler comme suit :

 

    1-  Il existe une barrière aquatique invisible dans la zone de rencontre des eaux salées et douces. Ce phénomène qui a été nouvellement découvert, fut évoqué dans le saint Coran. Cela dit, notre livre sacré contient des trésors et nous relate des vérités scientifiques indéniables, prouvées depuis notre existence et ce, jusqu’à la fin des Temps. Or, nos savants musulmans auraient dû lire le Coran, une vérité incontestable venant d’Allah, tout en examinant et recherchant au-delà des secrets de ses versets. C’est cela l’essentiel pour qu’ils raffermissent l’Islam et soient les précurseurs des découvertes contemporaines.

   

2- Un problème se pose ; il s’agit des gouttes d’eau douce qui diminuent graduellement par rapport à la quantité des eaux salées étant en augmentation. Ce problème nécessite la conjugaison des efforts de tous les spécialistes en sciences physiques, biologiques, chimiques, géométriques et géologiques, des spécialistes également en étude géographique et économique, et encore ceux concernés par la planification d’une politique générale en faveur de l’avenir des nations.

    Chemin faisant, si on ne commence pas sérieusement à chercher pour trouver d’autres sources d’eau douce, des guerres meurtrières entre les nations pourraient se produire à cause d’une seule goutte potable. C’est la raison pour laquelle faut-il formellement cerner le problème en préservant cette valeureuse source de la vie et en maintenant l’équilibre de l’environnement des embouchures.

  

 3- Les savants ont eu la certitude de l’existence de courants aquatiques et un barrage entre les deux directions opposées l’une de l’autre du mouvement des eaux fluviales et celles de la mer. Ils ont aussi constaté que les eaux douces flottent sur les eaux salées. Toutefois, quand la différence de vitesse atteint un certain degré, il en résulte l’apparition de tourbillons et d’agitation du mouvement des eaux menant parfois au mélange de deux mers.


Références scientifiques :

Les recherches qui ont porté sur le sujet de la barrière aquatique ont atteint la centaine. Nous vous citons les plus importantes.
1- Jeff Paduan: "High-Resolution Ocean Circulation Modeling during MUSE," http://www.mbari.org
2- Rocky Geyer: "Where the Rivers Meet the Sea - The transition from salt to fresh water is turbulent, vulnerable, and incredibly bountiful," WHOI Oceans Magazine, Volume 43 No. 2, 
http://www.oceanusmag.whoi.edu.
3- Ocean Surface Mixed: "Modeling Estuarine/Coastal Circulations,"
www.hpl.umces.edu/~lzhong/estuary_coastal/estuary

Repost 0
Published by nadia - dans MIRACLES
16 mars 2006 4 16 /03 /mars /2006 15:45


Les réalités scientifiques du Coran : la naissance de l'homme

Divers points sont traités dans le Coran pour inviter les gens à croire. Parfois ce sont les cieux, parfois les animaux et parfois les plantes qui sont mis en évidence pour confirmer à l'homme l'existence de Dieu. Plusieurs versets attirent aussi l'attention des gens sur leur propre création. Ces versets rappellent à l'homme comment il est venu au monde, quelles étapes il a traversé et quelle est son essence: Allah dit : "C'est Nous qui vous avons créés. Pourquoi ne croiriez-vous donc pas (à la résurrection)? Voyez-vous donc ce que vous éjaculez (le sperme): est-ce vous qui le créez ou (en) sommes-Nous le Créateur?" (Sourate 56, v. 57-59)

 

Spermatozoïdes entourant un ovule

 

La création de l'homme et son aspect miraculeux est également soulignée dans beaucoup d'autres versets. Quelques-unes de ces données sont si détaillées qu'il apparaît totalement impossible qu'une personne vivant au 7ème siècle ait pu les connaître. Étudions certaines d'entre elles:

1. L'homme n'est pas créé à partir de la semence complète, mais seulement à partir d'une partie infime de celle-ci (spermatozoïdes).

2. Le mâle détermine le sexe du bébé.

3. L'embryon humain s'accroche à l'utérus de la mère comme une sangsue.

4. L'humain se développe dans trois régions obscures de l'utérus.

Allah dit  "Ont-ils été créés à partir de rien ou sont-ils les créateurs? Ont-ils créé les cieux et la terre? Mais ils n'ont plutôt aucune conviction." (Sourate 52, v. 35-36)

Les gens vivant à l'époque où le Coran a été révélé se doutaient probablement que la substance élémentaire de la naissance était liée à la semence que le mâle émettait lors d'une relation sexuelle. De plus, la naissance d'un bébé après une période de grossesse de neuf mois était évidemment un évènement observable ne nécessitant guère d'autres recherches. C'est pourquoi, il est clair que les données avancées ci-dessus dépassaient le niveau de connaissances que les gens détenaient à cette époque. Celles-ci n'ont d'ailleurs pu être vérifiées que grâce au développement de la science au 20ème siècle. Examinons-les maintenant une par une :

 

Une goutte de semence : Lors d'une relation sexuelle, 250 millions de spermatozoïdes sont émis en même temps par le mâle. Les permatozoïdes entreprennent alors un voyage ardu de cinq minutes au sein du corps de la femme jusqu'à ce qu'ils atteignent l'ovule. Seulement mille de ces 250 millions de spermes réussiront à l'atteindre. L'ovule, qui a la moitié de la taille d'un grain de sel, ne laisse rentrer à l'intérieur d'elle qu'un seul de ces spermatozoïdes. En d'autres termes, l'essence de l'homme n'est pas le résultat d'une semence complète mais seulement d'une petite partie de celle-ci. Ceci est expliqué dans le Coran: Allah dit  "L'homme pense-t-il qu'on le laissera sans obligation à observer (et qu'il ne sera pas puni pour ses mauvais actes)? N'était-il pas une goutte de sperme éjaculé?" (Sourate 75, v. 36-37)

Comme nous l'avons vu, le Coran nous informe que l'homme n'est pas créé à partir d'une semence complète mais seulement d'une petite partie de celle-ci. L'insistance particulière de cette révélation à annoncer un fait qui n'a été découvert que par la science moderne est une preuve que son origine est divine.

 

Le mélange dans la semence : Allah dit  "Ô homme! Qu'est-ce qui t'a trompé au sujet de ton Seigneur, le Noble, qui t'a créé, puis modelé et constitué harmonieusement? Il t'a façonné dans la forme qu'Il a voulue." (Sourate 82, v. 6-8)

Le liquide appelé semence ne comporte pas que des spermatozoïdes. Il est composé d'un mélange de différents fluides. Ces derniers ont différentes fonctions telles que: contenir le sucre nécessaire pour fournir l'énergie aux spermatozoïdes, neutraliser les acides à l'entrée de l'utérus et créer l'environnement propice à un meilleur déplacement des spermatozoïdes. Il est assez intéressant de noter que lorsque la semence est mentionnée dans le Coran, elle est qualifiée de fluide mêlé: Allah dit  "En effet, Nous avons créé l'homme d'une goutte de sperme mélangé (aux composantes diverses) pour le mettre à l'épreuve. (C'est pourquoi) Nous l'avons fait entendant et voyant." (Sourate 76, v. 2)

Dans un autre verset, le spermatozoïde est défini comme étant un mélange et Dieu souligne dans le Coran que l'homme se trouve à l'origine de ce mélange: Allah dit : "Qui a bien fait tout ce qu'll a créé. Et Il a commencé la création de l'homme à partir de l'argile, puis Il tira sa descendance d'une goutte d'eau vile (le sperme)." (Sourate 32, v. 7-8)

Le mot arabe "sulala", traduit par "goutte" signifie "partie essentielle ou supérieure de quelque chose". Quelle que soit son implication, il signifie "partie d'un tout". Ceci prouve que le Coran est l'expression d'une volonté qui connaît la création de l'homme jusque dans ses moindres détails. Cette volonté n'est autre que le Créateur de l'homme.

 

La détermination du sexe d'un bébé :

 

Jusqu'à une date assez récente, on pensait que le sexe d'un bébé était déterminé à la fois par les gènes du mâle et ceux de la femelle. Les disciplines qui se sont développées au 20ème siècle, telles que la génétique et la microbiologie ont prouvé que la femelle n'avait aucun rôle dans le processus.

Deux parmi les 46 chromosomes qui déterminent la structure d'un être humain sont appelés "chromosomes sexuels". Ces chromosomes sont schématisés par les lettres "XY" chez le mâle et par les lettres "XX" chez les femelles, tout simplement parce que leurs formes ressemblent à ces lettres. Le chromosome Y est celui qui ne porte que des gènes masculins.

La formation d'un bébé commence par l'union de deux chromosomes: l'un appartenant au père et l'autre à la mère. Puisqu'une femelle ne détient que des chromosomes X, ses cellules reproductrices (ovules) ne contiendront que ceux-ci. Les mâles, quant à eux détiennent des chromosomes X et Y; la moitié de leurs cellules reproductrices (spermatozoïdes) sera X et l'autre moitié sera Y. Ainsi, si un ovule s'unit avec un sperme contenant un chromosome X, la progéniture sera femelle; si elle s'unit avec un sperme contenant un chromosome Y, la progéniture sera mâle.

En d'autres termes, le sexe d'un bébé est déterminé par le chromosome masculin (X ou Y) qui s'unira avec le chromosome de la femelle.

Rien de cela n'était connu jusqu'à la découverte de la génétique au 20ème siècle. En effet, dans de nombreuses cultures, on croyait que le sexe d'un bébé était déterminé par l'état (santé, etc.) du corps de la mère. C'est pour cette raison que les femmes étaient blâmées lorsqu'elles donnaient naissance à des filles. (Cette croyance primitive est d'ailleurs toujours en vigueur.)

Treize siècles avant que les gènes n'aient été découverts, le Coran nous a donné l'information qui contredisait cette pensée. Dans un des versets, nous pouvons lire que le fait d'être mâle ou femelle dépend d'une seule goutte de semence: ceci signifie que l'origine du sexe ne dépend pas de la femme mais de l'homme...

Allah dit : "C'est Lui qui crée les deux éléments de couple, le mâle et la femelle, d'une goutte de sperme quand elle est éjaculée." (Sourate 53, v. 45-46)

 

L'adhérence s'accrochant à l'utérus

 

Quand le spermatozoïde mâle s'unit avec l'ovule de la femelle comme nous le voyons ci-dessus, l'essence du bébé à naître est déjà formée. Cette cellule unique, connue chez les biologistes, sous le nom de "zygote" commence immédiatement à se reproduire en se divisant et devient par la suite un "morceau de chair". Un zygote en forme de morceau de chair, est accroché à l'utérus.

Le zygote ne passe cependant pas sa période de développement dans le vide. Il s'accroche à l'utérus tout comme des racines fermement fixées à la terre par leurs vrilles. Par ce lien, le zygote obtient du corps de la mère les substances essentielles à son développement.

Un tel détail ne pouvait bien sûr pas être connu sans connaissance approfondie de la médecine. Il est évident que personne ne possédait un tel savoir il y a de cela 14 siècles. Cependant, dans le Coran, Dieu décrit continuellement le zygote se développant dans l'utérus de la mère comme étant une "adhérence de sang": Allah dit : "Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé (toute chose), qui a créé l'homme d'une adhérence. Lis! Ton Seigneur est le Très Noble." (Sourate 96, v. 1-3)

Allah dit : "L'homme pense-t-il qu'on le laissera sans obligation à observer (et qu'il ne sera pas puni pour ses mauvais actes)? N'était-il pas une goutte de sperme éjaculé ensuite une adhérence; puis (Dieu) l'a créé et formé harmonieusement; puis en a fait alors les deux éléments de couple; le mâle et la femelle?" (Sourate 75, v. 36-39)

Le mot arabe "adhérence" décrit "une chose qui s'accroche". Le mot est généralement employé pour décrire l'action des sangsues s'accrochant à un corps pour sucer son sang. C'est évidemment le meilleur mot possible pour décrire l'action du zygote s'accrochant à la paroi de l'utérus et absorbant sa subsistance.

 

Le Coran a encore davantage à révéler au sujet du zygote : Après s'être parfaitement accroché à l'utérus, le zygote commence à se développer. L'utérus de la mère est cependant rempli d'un fluide appelé "liquide amniotique" qui à son tour entoure le zygote. La fonction la plus importante de ce "liquide amniotique", dans lequel le bébé se développera, est de protéger le bébé contre des coups venant de l'extérieur. Dans le Coran, ce fait est indiqué comme suit: Allah dit : "Ne vous avons-Nous pas créés d'une eau vile que Nous avons placée dans un reposoir sûr." (Sourate 77, v. 20-21)

Toute cette information fournie par le Coran au sujet de la formation de l'homme, démontre que ce livre nous est parvenu par une source qui connaissait cette formation jusque dans ses moindres détails.

Ceci atteste une fois de plus que le Coran est la parole de Dieu. Il serait absolument déraisonnable de prétendre que l'information rapportée par le Coran au sujet de la naissance est le résultat d'une pure coïncidence: il existe trop de détails contenus dans le Coran pour que la vérité décrite en tout point soit le résultat du hasard.

Chacune des descriptions du Coran est vraie tout simplement parce que ses versets sont la parole de Dieu. Puisque c'est Dieu qui a créé et a formé l'homme dans l'utérus de la mère, c'est à Lui seul qu'appartiennent les mots qui décrivent le mieux ce processus. Dieu qui nous a tous créés de manière semblable, décrit le commencement de nos vies dans un autre verset:

"Nous avons certes créé l'homme (Adam) d'un extrait d'argile, puis Nous en fîmes une goutte de sperme dans un reposoir solide. Ensuite, Nous avons fait du sperme une adhérence; et de l'adhérence Nous avons créé un embryon, puis, de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons revêtu les os de chair. Ensuite, Nous l'avons transformé en une toute autre création. Gloire à Dieu, le Meilleur des créateurs!" (Sourate 23, v. 12-14)

 

Sources :

http://www.islam-paradise.com

http://www.miraclesducoran.com

Repost 0
Published by nadia - dans MIRACLES
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 19:35

 
L’Univers autour de la Kaâba

«Et proclamation aux gens, de la part d'Allah et de Son messager, au jour du Grand Pèlerinage, qu'Allah et Son messager, désavouent les associateurs. Si vous vous repentez, ce sera mieux pour vous. Mais si vous vous détournez, sachez que vous ne réduirez pas Allah à l'impuissance. Et annonce un châtiment douloureux à ceux qui ne croient pas ». ( Attawba (Le Repentir: 3)

Allah a ordonné l’accomplissement  du  pèlerinage et de   la O ’umra ( le petit pèlerinage) à la Mecque cette place  particulière qui constitue le  premier lieu où Allah est adoré sur terre.

Le musulman qui accomplit  le  pèlerinage ou l’ Oumra doit tourner autour de la  Kaaba (Appelé T’awaf : circumambulations rituelles)   7 fois  en commençant par la pierre noire et en terminant par la pierre noire. Il faut préciser que cette  tournée se fait dans les sens opposé aux aiguilles de la montre ( de la gauche à la droite ) qui est le même circulaire de l ‘univers : en effet, l’électron tourne autour de soi-même  puis il tourne autour du noyau atomique  dans le  même sens que celle du T’awaf  qui  se fait en opposition avec  les aiguilles de la montre  mêmes les atomes  à l’intérieur de tous les fluides  se déplacent dans le même mouvement.

 Aussi,  toutes les cellules vivantes bougent à l'intérieur dans un mouvement circulaire,  le protoplasme  bouge dans un mouvement circulaire  dans le même sens que celle de la terre qui tourne autour du soleil et la lune tourne autour de la terre ainsi que tout le groupe solaire qui tourne autour  du centre  de la galaxie et cette dernière tourne autour du centre du cercle galactique qui,  à son tour tourne autour du centre de l’univers (qu’Allah seul enseigne )   et tous  tourne à l’encontre des aiguilles de la montre.

 L’ovule  lorsqu’il sort  de la trompe utérine (appelé trompe de Falllop) dans son chemin vers le fond de l’utérus, il tourne à l ‘encontre des ’aiguilles de la montre  entouré des spermatozoïdes qui tournent à leur tour dans le même sens que celui des pèlerins autour de la Kaaba  ; et ce qui est  fascinant et bizarre c ‘est  que tous les corps  des êtres vivants qui se constituent de protéine- qui sont des monomères trop complexes-  ainsi que  les acides animés -qui sont formés de cinq éléments ( le carbone, l'hydrogène l'oxygène.   Le soufre.    Nétroujeen)- s’arrangent autour De l’atome du carbone qui s’arrange de gauche (à la droite)  dans le même sens que celui des  circumambulation autour de la Kaaba.

Source:

 « Les signes miraculeux dans le sacré Coran » Par : Docteur Zagloul ANNAJJAR

 « Séminaire du Docteur Mohamed Jamil ALHIBAL sur la chaîne d’Aljazeera : Programme : législation et vie (SHARI’A- WA- AL HAYATTE)

Repost 0
Published by nadia - dans MIRACLES
16 février 2006 4 16 /02 /février /2006 19:10

Le nom exalté d’Allah et celui de Son prophète Muhammad sur un poisson !

Allah Le Très Haut dit : « Et ceux qui ne croient pas disent : ‹Tu n'es pas un Messager›. Dis : ‹Allah suffit, comme témoin entre vous et moi, et ceux qui ont la connaissance du Livre (sont aussi témoins)» [Sourate Arra’ad]

Alors que la fièvre des protestations des musulmans contre la publication des caricatures du prophète Muhammad (Que les Bénédictions et la Paix de Dieu soient avec Lui), le journal britannique « Gardiane » publie la photo d’un poisson, de la famille d’Oscar, portant le nom exalté d’Allahet celui de son prophète Muhammad (Bénédictions et Paix sur Lui).

Le journal a précisé que des dizaines de personnes se sont regroupées dans un magasin de vente d’animaux de compagnies à piry, ville britannique située au nord du pays, après avoir remarqué étonnamment le nom exalté de Dieu الله [Allah] et celui de son prophète Muhammad   "محمد" Bénédictions et Paix sur Lui) écrits gracieusement sur les écailles d’un poisson importé de Singapour.

Le journal a aussi rapporté les propos de Rida Chahid (38 ans) propriétaire d’un restaurant situé à coté dudit magasin : « Nul doute que ceci est clairement un message de Dieu et de son prophète ».

Ce dernier a ajouté : « Dieu a  envoyé ce message à tous, pour confirmer son existence ».

Piter Hirtrz (17 ans) partage l’avis de Rida Chahid en disant : « Ceci est sans aucun doute un message dont l’envoyeur est fort probablement Dieu. C’est quelques choses de très stupéfiant, surtout coïncidant avec la situation actuelle ».

Le journal a souligné de même que parmi ceux qui ont été les plus stupéfaits, un homme venant d’un village périphérique à ladite ville, qui a préféré garder son anonymat et qui confirme qu’il a vu en son rêve de la veille un poisson portant les nom de Dieu et du prophète. Il ajoute qu’il n’a pas donné de crédibilité à son rêve jusqu’à avoir vu sur la télévision le poisson en question. 

Source : Site d’aljazeera en copie du journal britannique.

http://www.aljazeera.net/NR/exeres/769FBF1F-5251-41DF-AC6F-596CFC72D214.htm

 

 

Repost 0
Published by nadia - dans MIRACLES

Articles Récents