Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

12 mars 2012 1 12 /03 /mars /2012 14:29

Paroles pieuses : Ibn 'Atâ Allâh



"Déleste-toi du gouvernement de toi-même : ce dont un autre se charge pour toi, ne le fait pas pour toi-même."


"Garde-toi du désespoir si, en dépit de tes instantes supplications, Il tarde à t'exaucer.

 
Il a certes promis de t'exaucer, mais en ce qu'Il a choisi pour toi, non en ce que tu as choisis pour toi-même, Au temps voulu par Lui, et non au temps que tu aurais voulu."


"Ne sois pas dans l'attente que cessent (en toi) les altérations. Cela t'empêche, dans l'état où Il te met, d'être attentif à Lui seul."


"Rien de ce que tu veux obtenir par ton Seigneur n'est impossible !
Rien de ce que tu veux obtenir par toi-même n'est facile !"


"Point d'œuvre minime, si elle vient d'un cœur détaché, Ni d'œuvre importante si elle vient d'un cœur plein de désirs."


"Si grand que soit ton péché, garde un préjugé favorable envers Dieu. Celui qui connaît son seigneur sait que son péché n'est rien en face de Sa générosité."

"Tu es libre vis-à-vis d'une chose quand tu en désespères Esclave quand tu la convoites."


"Le mieux que tu puisses Lui demander : ce que Lui-même te demande !"


"La privation te fait souffrir parce que tu n'y découvre pas l'intention de Dieu."

"N'accuse pas ton Seigneur de tarder à t'exaucer ; accuse-toi plutôt toi-même de tarder à bien te conduire."


"L'insouciant se réveille en se disant : que vais-je faire ? Et le sage : que va faire Dieu de moi ?"


"Si ton cœur se dilate quand tu reçois une faveur, s'il se resserre, quand elle t'est refusée, Sache par là que tu es encore au stade de l'enfantillage
Et que tu n'es point sincère dans ta dévotion."



"Il te fait souffrir par les autres pour que tu ne te reposes point sur eux.
Il veut te rendre insatisfait de tout pour que rien ne te distraie de Lui."

"La pauvreté est une lumière aussi longtemps que tu la caches. Si tu la manifestes, elle perd sa clarté."



"Celui qui n'accepte pas de Dieu les délicatesses du bienfait Sera mené à lui par les chaînes de l'épreuve."


"Qu'a donc trouvé celui qui T'a perdu ? Et qu'a donc perdu celui qui T'a trouvé ?"



"Exalté soit celui qui ne manifeste ses saints que pour se manifester lui-même, et qui ne conduit vers eux que ceux qu'il veut conduire vers lui."


"Il se peut que l'ostentation pénètre en toi-même quand nulle créature ne t'observe."

"Le prix de la vie mystique, c'est le don total de soi."

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
15 juillet 2006 6 15 /07 /juillet /2006 21:50
Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
15 juillet 2006 6 15 /07 /juillet /2006 03:52

 
L’histoire du lépreux, du chauve et de l’aveugle

 

Abou Houraira a rapporté qu’il a entendu le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) raconter l’histoire suivante : « Il y avait parmi Banou Israël trois hommes qu’Allah voulut les éprouver : un lépreux, un chauve et un aveugle.

 

Il leur envoya un Ange, qui s’adressant au lépreux, lui dit : « Quelle est la chose que tu désires le plus ? ». Il lui répondit : « Un beau teint et une belle peau, car ma maladie fait fuir les hommes à mon approche ». L’Ange lui caressa le corps et fit disparaître les taches de lèpre et lui donna un beau teint et une belle peau. Il lui demanda : « Quel bien désires-tu le plus ? ». Il lui répondit : « Les chameaux ». On lui donna une chamelle pleine de dix mois, en disant : « Qu’Allah te la bénisse ».

 

Puis l’Ange vint trouver le chauve et lui dit : « Quelle chose désires-tu le plus ? Il répondit : « Une belle chevelure, car les gens me trouvent répugnant ainsi ». L’Ange après avoir caressé la tête de l’homme, lui donna une chevelure opulente et ajouta : « Quel est le bien que tu désires le plus ? ». Il répondit : « Les vaches ». On lui donna une vache pleine et l’Ange lui dit : « Qu’Allah te bénisse ».

 

Enfin l’Ange vint trouver l’aveugle et lui dit : « Quelle est la chose que tu préfères le plus ? ». Il lui répondit : « Qu’Allah me rende la vue afin que je puisse voir les gens ». L’Ange passa la main sur les yeux de l’aveugle et lui rendit la vue et lui dit : « Quel est le bien que tu aimes le plus ? ». Il lui répondit : « Les moutons ». On lui donna une brebis pleine en disant : « Qu’Allah te la bénisse ».

 

Plus tard, chacun de ces trois avait une vallée pleine de chameaux pour le premier, de vaches pour le deuxième, et de moutons pour le troisième.

 

Après un certain moment, l’Ange, reprenant la même figure et le même aspect que le lépreux, vint le trouver et lui dit : « Je suis un homme malheureux et j’ai perdu toutes mes ressources dans mon voyage, je ne trouve plus personne à qui je puis m’adresser sauf Allah et toi. Je te demande par celui qui t’a donné ce beau teint, cette belle peau et tous ces biens, de me donner un chameau afin que je puisse achever mon voyage ». L’homme lui répondit : « J’ai beaucoup de charges ». L’Ange reprit : « Mais il me semble bien de te reconnaître. N’étais-tu pas un lépreux que les gens répugnaient à ton approche, et un pauvre ? Et Allah t’a accordé toutes ces richesses ? ». L’homme répondit : « Mais j’ai hérité tout cela de mes ancêtres ». L’Ange rétorqua : « Si tu mens, qu’Allah te fasse revenir comme tu étais ».

 

Puis l’Ange vint trouver le chauve, reprenant ses traits, il lui répéta les mêmes termes et reçut les mêmes réponses.

 

Enfin l’Ange se présenta à l’aveugle en reprenant le visage d’autrefois et lui dit : « Je suis un malheureux voyageur sans ressources qui ne s’adresse qu’à Allah et qu’à toi. Je te demande par celui qui t’a rendu la vue de me donner une brebis qui m’aidera à achever mon voyage. ». L’homme lui répondit : « J’étais aveugle, Allah m’a rendu la vue. Prends ce que tu veux et laisse ce que tu veux. Par Allah je ne te demanderai pas compte de ce que tu as pris par égard pour Allah à Lui la Puissance et la Gloire ». L’Ange répliqua : « Garde tes biens, car Allah vous éprouve (tous les trois). Il est satisfait, de toi et Il est courroucé contre tes deux compagnons ».

 

Source :

Histoire rapporté par Muslim « Boughyati Kouli-Li Mouslimin Min Sahyh Al-Imami Mouslem, édition dar el Fiker, écrit par Mouhammad Ben Mouhammad Ben Abdullan Al-Marraquichi, traduit en français par Fawzi Chaaban.

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
4 juillet 2006 2 04 /07 /juillet /2006 20:49

Dix-huit paroles pleines de sagesse

 


Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

Sa'id Ben Al-Moussayeb a dit: "Omar Ben Al-Khattab (Radia Allah ‘anh) a dicté aux gens dix-huit paroles pleines de sagesse:


- Tu n'auras pas puni celui qui désobéit à Dieu en toi comme tu auras obéi à Dieu en lui.


- Prête attention à l'affaire qui concerne ton frère jusqu'à ce que tu reçoives de sa part ce qui te rend redevable à lui.


- Ne doute pas qu'un mot prononcé par ton frère puisse être du mal
alors que tu y trouves quelque germe de bien.


- Celui qui s'expose aux accusations qu'il ne blâme que lui-même si on pense de mal de lui.


- Celui qui garde son secret pour lui, est maître de sa décision.


- Ne tiens pas compagnie qu'aux frères sincères, tu vivras paisiblement avec eux et ils te seront une parure au temps de l'aisance et un réconfort au temps des afflictions.


- Ne dis que la vérité même si elle t'assujettit à la mort.


- Ne t'occupe pas de ce qui ne te concerne pas.

 
- N'interroge pas sur une chose qui n'a pas eu lieu car ce sera une préoccupation futile.

 
- Ne demande plus ton besoin auprès de celui qui n'aime pas te le combler.

 
- Prends garde du serment mensonger, sinon Dieu te fera périr.

 

- Ne tiens plus compagnie aux pervers, sinon tu risques d'apprendre leur perversité.- Éloigne-toi de ton ennemi.

 
- Méfie-toi de ton ami s'il n'est pas sincère, et nul n'est sincère s'il ne craint pas Dieu.


- Humilie-toi auprès des tombes.


- Humilie-toi en t'acquittant d'un devoir cultuel.


- Demande à Dieu de te préserver contre toute désobéissance.


- Dans tes affaires, demande conseil à ceux qui craignent Dieu car Dieu a dit:
"Parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah." (Coran 35, verset 2)

(Rapporté par Al-Khatib, Ibn Assaker et Ibn An-Najjar).



Source :

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba). Par Mohamad Youssef Al-Kandahlawi - Volume II

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
6 juin 2006 2 06 /06 /juin /2006 13:31

L’histoire des hommes de la grotte

Abdullah Ben Omar a rapporté que l’Envoyé d’Allah (Salla Allah ‘alih wa Salam) a raconté l’histoire suivante : « Tandis que trois hommes se promenaient la pluie les survint et ils entrèrent dans une grotte d’une montagne. Un rocher dévalant de la montagne boucha l’ouverture de la grotte. Les uns dirent aux autres : « Souvenez-vous de bonnes œuvres que vous avez faites et invoquez Allah afin que, contre ces bonnes actions, Il vous débarrasse de ce rocher. »

 

Le premier prit la parole et dit : « Grand Dieu ! J’avais un père et une mère qui était avancés dans l’âge, ainsi j’avais une femme et des enfants, et ils étaient tous à ma charge. Quand je ramenais le troupeau le soir, j’apportais le lait et je le donnais à mes parents avant mes enfants. Un jour, les arbres m’obligèrent à rentrer un peu tard, et comme d’habitude, j’apportais le vase plein de lait, trouvant mes parents endormis, je répugnai à les réveiller comme je répugnai de donner d’abord ce lait à mes enfants qui pleuraient de faim devant moi. Nous restâmes dans cet état jusqu’à la clarté de l’aurore. Grand Dieu ! Si j’ai agi ainsi poussé par le désir de Ta face, écarte ce rocher afin que nous puissions voir le soleil à travers cette ouverture. Le rocher fût à ce moment écarté et on put apercevoir le ciel.

 

Le deuxième, ayant pris la parole à son tour, dit : « Grand Dieu ! J’avais une cousine que j’aimais plus que les hommes aimaient les femmes. Je la sollicitai de se livrer à moi, mais elle refusa jusqu’à ce que je lui apporte cent dinars. Au moment, où j’allai abuser d’elle, elle s’écria : « Ô serviteur d’Allah, crains Allah et ne me déflore pas sans que tu aies le droit de le faire ». Je la laissai partir. Si Tu sais que j’ai fait cela poussé par le désir de Ta face, délivre-nous de cette situation. » Allah alors écarta le rocher un peu plus qu’avant. »

 

Le troisième dit : « Grand Dieu ! J’avais engagé un ouvrier, pour un certain travail, contre un salaire de trois mesures du riz. Quand le travail fût achevé, il réclama son salaire, je lui donnai le riz mais il refusa de le prendre. Et depuis lors je ne cessai de le semer qu’à la fin, et comme la récolte fût très prospérée, je pus par son prix avoir un troupeau de vaches et leur berger. Cet ouvrier revint un certain jour et réclama son salaire en me disant : « Crains Allah et ne me prive pas de mon droit. ».Je lui répondis : « Va vers ce troupeau de vaches et prends-le avec son berger ». Il rétorqua : « Crains Allah et ne te moque pas de moi ».Je lui dis : « Je ne me moque du tout de toi, va prendre ce troupeau de vaches et son berger ». Il prit le troupeau et partit. Si Tu sais que j’ai fait cela poussé par le désir de Ta face, délivre-nous de cette situation. Allah alors écarta le rocher (et les trois hommes purent sortir de la grotte) ».

 

Source :Histoire rapporté par Muslim « Boughyati Kouli-Li Mouslimin Min Sahyh Al-Imami Mouslem, édition dar el Fiker, écrit par Mouhammad Ben Mouhammad Ben Abdullan Al-Marraquichi, traduit en français par Fawzi Chaaban.

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
24 mai 2006 3 24 /05 /mai /2006 14:11

Paroles pieuses : Cheikh al-'Alaoui


Il ne s'agit pas de savoir si vous êtes dans la miséricorde de Dieu, mais plutôt si la miséricorde de Dieu est en vous."


"Celui qui contemple Dieu à travers les créatures les perd de vue en disparaissant en lui, et ne lui reste que le divin."


"La connaissance de l'Unité est semblable au feu ; elle enflamme toute chose sur laquelle elle tombe et par là même là purifie."


"N'abandonne pas ton âme et ne la prends pas en aversion ; mais plutôt accompagne-la et interroge-la sur ce qui est en elle."


"Il n'y a point un atome dans l'univers qui ne porte en lui un des noms de l'Adoré."

"Les gens de la Connaissance sont des degrés Connaisseur de Dieu
Connaisseur de soi-même. Néanmoins le connaisseur de soi-même est d'une Connaissance plus profonde que le Connaisseur de Dieu."


"Les gens aux yeux clos sont aussi des degrés : « Ceux à qui le voile cache Dieu Ceux à qui le voile cache soi -même » Néanmoins ceux qui ont le voile vis-à-vis de soi-même, ont leur voile plus impénétrable que ceux qui sont voilés face à Dieu."


"Quiconque a découvert Dieu en lui-même, revient en lui-même, et, recherche l'agrément de son âme."


"Deux contraires qui ne peuvent se rencontrer : « Si tu es, Il n'est pas »
« s'Il est, tu n'es pas ». Délaisse ton existence et tu seras appelé."

"La Vérité (Dieu) ne peut-être saisie par la vue, tandis qu'Elle nous perçoit.
Et comment pourrions-nous La saisir alors qu'Elle est plus près de nous que nous-mêmes ! Est-il possible à l'œil de voir son œil ?"


"La question n'est pas de connaître Dieu lorsque le voile tombe.
La question est de connaître Dieu dans le voile même
« Il a une porte à l'intérieur de laquelle réside la Miséricorde et dont l'extérieur est recouvert de douleur. »"


"Il n'y a point un atome dans l'univers qui ne porte en lui un des Noms de l'Adoré."

"La connaissance de l'Unité n'est pas ce que véhiculent les livres ou ce que bavardent les bouches, mais bien les traces que laissent les Amoureux et dont les lumières scintillent dans l'espace."


"Le but n'est pas de proclamer exagérément la pureté de Dieu,
le but c'est de reconnaître Dieu à travers les ressemblances et les oppositions."

"Dénoter les oppositions, les ressemblances, avec la Foi dans l'Unicité de Dieu, vaut mieux que d'exalter Sa pureté en étant privé de cette Unicité par le voile de l'aveuglement."


"La Vérité n'est point proche, de même qu'Elle n'est point éloignée."


"Quiconque va à la recherche de Dieu par l'entremise d'un autre que Lui n'arrive jamais à Lui."


"Quiconque recherche Dieu en dehors de lui-même se fourvoie, et va à l'encontre de son désir."


"Quiconque se détourne du monde se détourne de la Vérité. Quiconque ne loue pas les hommes ne loue pas Dieu."

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
27 avril 2006 4 27 /04 /avril /2006 19:04

Abu Yazid Al-Bastami et le prêtre

Le connaisseur de Dieu Abû Yazîd Al-Bastâmî était en train de dormir la nuit, lorsqu’il entendit dans son sommeil, après la prière de l'aube,quelqu'un l'appeler en ces termes: «Ô Abû Yazîd, cette nuit est une nuit de fête chez les Chrétiens. Fais tes ablutions, et va les rejoindre dans leur monastère. Tu seras assurément émerveillé par la Sagesse de Dieu». Il fit donc ses ablutions et entra dans le monastère chrétien de Bassora.
Lorsque le prêtre se leva pour prononcer son prêche devant les paroissiens, il dit : «Je ne puis parler en présence d'un musulman entré dans notre monastère ».

-«Notre père, comment pouvez-vous être certain qu'il est musulman», demanda l'assemblée.

-«Les disciples de Muhammad portent sur leurs visages la trace laissée par les prosternations ».

Lorsqu'il fit signe à Abû Yazîd de sortir, ce dernier répondit : «Par Allah, je ne m'en irai pas tant qu'Allah n'aura pas jugé entre vous et moi et Il est le plus juste des Juges ».

 

- «Dans ce cas, nous te poserons des questions. Si tu réponds avec justesse à toutes nos questions, nous croirons en ton Prophète. Mais si tu te trompes sur une seule question, tu ne sortiras d'ici que sur nos épaules, le corps sans vie ! », Affirma le père.

- « Pose toutes les questions que tu souhaites, » fit Abû Yazîd.


Le prêtre demanda donc :

1- Qu'est-ce qui est unique n'ayant point de second?

2- Que sont les deux n'ayant point de troisième ?

3- Que sont les trois n'ayant point de quatrième ?

4- Les quatre n'ayant point de cinquième ?

5- Les cinq n'ayant point de sixième ?

6- Les six n'ayant point de septième ?

7- Les sept n'ayant point de huitième ?

8- Les huit n'ayant point de neuvième ?

9- Les neuf n'ayant point de dixième ?

10- Que sont les dix qui peuvent se démultiplier ?

11- Qui sont les onze frères ?

12- Quel est le miracle qui est composé de douze éléments ?

13- Quelle est la famille composée de treize membres ?

14- Quelles sont les quatorze choses qui ont parlé à Dieu ?

15- Quelle est la chose qui a exhalé un souffle sans pour autant posséder une âme ?

16- Quel est le tombeau qui transporta son hôte ?

17-Quelle est la chose que Dieu a créée et dont Il a valorisé l'importance ?

18- Quelle est la chose que Dieu a créée et dont Il a méprisé l'importance ?

19- Quelles sont les choses que Dieu a créées sans père ni mère ?

20- Qui sont ceux qui ont menti et sont entrés au Paradis ?

21- Qui sont ceux qui ont dit vrai et sont entrés en Enfer ?

22- Que signifie : «Par les vents éparpilles ! Par les porteurs de fardeaux ! Par les glisseurs agiles! Par les distributeurs selon un commandement!»

23- Quel est l'arbre possédant douze branches, sur chaque branche se trouvant trente feuilles et chaque feuille portant en elle cinq fruits : trois à l'ombre et deux au soleil ? Réponds Abû Yazîd !


Abû Yazîd se leva tandis qu'Allâh fit descendre Sa Quiétude dans son être tout entier. Il dit alors :

1- Concernant l'unique n'ayant pas de second, il s'agit de : «Dis, Dieu est Un »

 

2- Quant aux deux n'ayant point de troisième, il s'agit du jour et de la nuit : «Nous avons fait de la nuit et du jour deux signes ».

 

3- Les trois n'ayant point de quatrième sont les trois épreuves qu'a fait subir Al-Khidr à Moïse : «Et après qu'ils furent montés sur un bateau, l'homme (Al-Khidr) y fit une brèche». «Quand ils eurent rencontré un enfant, l'homme le tua». «Quand ils furent arrivés à un village habité, ils demandèrent à manger à ses habitants». «Ceci marque la séparation entre toi et moi, ditl'homme ».

 

4- Les quatre n'ayant point de cinquième sont la Thora, le Psautier, l'Évangile et le Coran.

 

5- Les cinq n'ayant point de sixième sont les cinq prières quotidiennes prescrites par Allah.

 

6- Les six n'ayant point de septième correspondent aux six jours de la Création : «En effet Nous avons créé les cieux et la terre et ce qui existe entre eux en six jours».

À cet instant, le prêtre demanda: -Pourquoi est-il précisé à la fin du verset «sans éprouver la moindre lassitude».

«Parce que les Juifs et les Chrétiens ont affirmé qu'Allah a éprouvé de la fatigue après avoir créé l'univers. C'est pourquoi pour réfuter cette thèse, Allah a inséré cette précision dans le verset».

 

7- Concernant les sept n'ayant point de huitième, il s'agit des sept cieux : « Celui Qui a créé sept cieux superposés ».

8- Quant aux huit n'ayant point de neuvième, il s'agit des huit anges porteurs du Trône d'Allah: «Tandis que huit, ce jour-là, porteront au-dessus d'eux le Trône de ton Seigneur ».

 

9- Les neuf n'ayant point de dixième correspondent aux neufs miracles de Moïse - paix et bénédiction sur lui. Le prêtre demanda alors de les énumérer. Il dit : «La main, le bâton, la traversée de la mer, la disette, le déluge, les criquets, les poux, les grenouilles et le sang ».

 

10- Au sujet des dix susceptibles de se démultiplier, il s'agit des bonnes actions : «Quiconque viendra avec une bonne action en aura dix fois autant»; «Allah multiplie la récompense à qui Il veut ».

 

11- À la question, qui sont les onze frères : « J'ai vu en songe onze astres ». Les onze frères de Joseph.

 

12- Le miracle qui est composé de douze éléments : «Et quand Moïse demanda de l'eau pour désaltérer son peuple, c'est alors que Nous dîmes : "Frappe le rocher avec ton bâton". Et tout d'un coup, douze sources en jaillirent ».

 

13- La famille composée de treize membres est : «Et aussi le soleil et la lune ; je les ai vus prosternés devant moi ». Aux onze frères de Joseph s'ajoutent le soleil et la lune correspondant au père et à la mère. Voilà bien treize membres.

 

14- Les quatorze choses ayant parlé à Allah sont les sept cieux et les sept terres : «"Venez tous deux, bon gré, mal gré". Tous deux dirent : "Nous venons obéissants". Il décréta d'en faire sept cieux en deux jours ».

 

15- Quant au tombeau ayant transporté son hôte, il s'agit de la baleine qui avait avalé Jonas: «La baleine l'avala alors qu'il était blâmable ».

 

16- La chose ayant exhalé un souffle sans pour autant posséder une âme est l'aube : «Et par l'aube quand elle exhale son souffle ! ».

 

17- La chose qu'Allah a créée et dont Il a valorisé l'importance est la ruse féminine : « Votre ruse est vraiment énorme ! »

 

18- La chose qu'Allah a créée et a dépréciée est le cri des ânes: «Car la plus détestable des voix, c'est bien la voix des ânes ».

 

19- Allah a créé sans père ni mère : Adam (paix sur lui), les Anges, le bélier d'Ismaël et la chamelle de Sâlih.


20- Ceux qui ont menti et sont entrés au Paradis sont les frères de Joseph : «Et ils vinrent à leur père, le soir, en pleurant. Ils dirent : 'Ô notre père, nous sommes allés faire une course, et nous avons laissé Joseph auprès de nos effets ; et le loup l'a dévoré' ».

Mais malgré cela, Joseph leur dit : « Qu'Allah vous pardonne. C'est Lui le plus Miséricordieux des miséricordieux ».

 

21- Quant à ceux qui ont dit vrai et sont entrés en Enfer : « Et les Juifs disent : "Les Chrétiens ne tiennent sur rien" ; et les  Chrétiens disent : "Les Juifs ne tiennent sur rien" ».

 

22- Les « éparpilleurs » sont les vents, « les porteurs de fardeaux » sont les nuages porteurs de pluie, « les glisseurs agiles » sont les vaisseaux qui voguent sur les mers, « les distributeurs selon un commandement » sont les Anges qui nous distribuent nos subsistances, et consignent nos bonnes et nos mauvaises actions, selon un commandement divin.

 

23- Enfin, quant à l'arbre, il s'agit de l'année qui s'écoule. Cet arbre compte douze branches correspondant aux douze mois de l'année. Chaque branche porte en elle trente feuilles, c'est-à-dire trente jours. Et chaque feuille contient cinq fruits qui correspondent aux cinq prières quotidiennes. Trois sont à l'ombre : les prières du coucher du soleil, de la nuit et de l'aube. Et deux sont au soleil : la prière de midi et celle de vesprée.

 

Abû Yazîd dit alors au prêtre : « Je vais te poser à mon tour une question et une seule uniquement ».

- « Je t'écoute », fit le Prêtre.

- « Quelle est la clef du Paradis ? », demanda Abû Yazîd.

Le prêtre resta silencieux. Les paroissiens l'interpellèrent alors en disant :

- « Vous lui avez soumis de très nombreuses questions et il vous a
répondu parfaitement. Maintenant qu'il vous interroge à votre tour sur une seule question, vous vous défilez ? »

- « Par Dieu, je connais parfaitement la réponse à sa question, c'est plutôt que je crains votre réaction », affirma le prêtre.

- « Réponds et ne crains rien », rétorqua l'assemblée.

Le prêtre se leva et déclara :

- La clef du Paradis est : « Lâ ilâha illallâh muhammad rasûl Allah, il n'y a de dieu que Dieu et Muhammad est le Messager de Dieu ».

 

C'est alors que les paroissiens répétèrent en chœur: «Lâ ilâha illallâh muhammad rasûl Allah».

Et ils firent changer leur église en mosquée où il ne fut plus adoré
qu'Allah, l'Unique sans associé.

Source : extrait du second volet d’un sermon du vendredi prononcé par le Sheikh `Abd Al-Hamîd Kishk.

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
19 avril 2006 3 19 /04 /avril /2006 14:33

Une lettre au fleuve du Nil

 

Les coptiques d'Egypte suivaient une pratique très sauvage à l’époque.

Ils avaient l'habitude d'organiser une grande fête tous les ans au début de chaque été. C'était un jour de réunion joyeuse. Cependant, il été marqué par un sacrifice humain. Une jeune fille, parée comme une mariée, était jetée dans le Nil. Les gens pensaient que ce sacrifice était indispensable pour plaire au fleuve afin d'obtenir une grande inondation pour leurs champs desséchés.

Si le Nil était mécontent, pensaient-ils, il n'y aurait plus d'inondation, ni de récolte.

 

Les coptiques demandèrent à Amr (Allah soit satisfait de lui) l'autorisation de sacrifier une jeune fille comme d'habitude. Il leur interdit cet acte de sauvagerie.

Il arriva que le Nil eût très peu d'eau cette année-là. Les récoltes manquèrent. Beaucoup de paysans décidèrent de quitter le pays.

Amr (Allah soit satisfait de lui) écrivit au Calife Omar (Allah soit satisfait de lui) pour lui demander conseil. Celui-ci approuva l'action de Amr (Allah soit satisfait de lui).

Lui aussi envoya une lettre adressée au Nil qui disait:

"Du Serviteur d'Allah et Chef des Musulmans Au fleuve du Nil.

"Au Nil! Si vous coulez de votre propre volonté, alors ne coulez pas. Mais si votre cours est contrôlé par Allah, le Tout-Puissant, nous prions Allah de garder votre puissant débit".

Cette lettre fut jetée dans le fleuve, comme l'ordonna le Calife.

Et... le fleuve coula en abondance tel que cela ne s'était jamais produit auparavant. Le doaa de Omar (DAS) fut accepté par Allah.

 

Le pays fut à nouveau vert de moisson. Les paysans furent heureux. La pratique du sacrifice humain venait de se terminer pour toujours.

 

Source :

Les Quatre Califes de l'Islam. Par le Professeur Fazl Ahmad P60

 

 

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
14 avril 2006 5 14 /04 /avril /2006 14:22


Abou Moussa Al-Ach'ari: Une tombe

D'après Ad-Dahak Ben 'Abdul Rahman, Abou Moussa Al-Ach'ari (Allah soit satisfait de lui), étant à l'état d'agonie, manda ses enfants et leur dit: "Allez creuser pour moi une tombe et qu'elle soit large et profonde". Ils s'exécrèrent.

Il leur dit ensuite: "Par Dieu, ce sont deux positions: ou bien ma tombe sera très large de sorte que chaque côté soit de quarante coudées, puis Dieu m'y ouvrira une porte qui donne sur le Paradis et je regarderais mes épouses, mes demeures et tout ce que Dieu m'a préparé comme rang et haute considération, et je connaîtrai la voie de ces demeures mieux que je connais le chemin vers ma maison en ce bas monde, puis-je humerai son odeur jusqu'à ce que je sois ressuscité.

Quant à l'autre, puisse Dieu nous en préserver, la tombe sera plus étroite que le trou du fer de la lance réservé à la hampe, d'où je regarderais les chaînes, les carcans et les mauvais compagnons, et je reconnaîtrai ma place en Enfer mieux que je connais ma maison, puis il m'atteindra de son vent de feu et de son eau bouillante jusqu'à ce que je sois ressuscité". (Abou Na'im)

 

Sources :

Les Compagnons du Prophète (Hayat-Assahaba), par Mohamed Youssef Al-Kandahlawi - Volume II. Traduit par Fawzi Chaaban. Éditeur: Dar El Fikr - Beyrouth/Liban. Page 94

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE
9 avril 2006 7 09 /04 /avril /2006 03:57

Le Prédicateur

Il y avait un prédicateur qui, chaque fois qu’il se mettait à prier, ne manquait pas de louer les bandits et de leur souhaiter tout le bonheur possible. Il levait les mains au ciel en disant :

"Ô Seigneur! Offre ta miséricorde aux calomniateurs, aux révoltés, aux coeurs endurcis, à ceux qui se moquent des gens de bien et aux idolâtres !"

Il terminait ainsi sa harangue, sans souhaiter le moindre bien aux hommes justes et purs. Un jour, ses auditeurs lui dirent :

"Ce n’est guère la coutume de prier ainsi! Tous ces bons voeux adressés aux mauvaises gens ne seront pas exaucés."

Mais, lui, répliqua :

"Je dois beaucoup à ces gens dont vous parlez et c’est la raison pour laquelle je prie pour eux. Ils m’ont tant torturé et tant causé de tort qu’ils m’ont guidé vers le bien. Chaque fois que j’ai été attiré par les choses de ce monde, ils m’ont frappé. Et c’est à cause de tous ces mauvais traitements que je me suis tourné vers la foi."

Extrait du livre "Le Mesnevi" Par Djalal al-Din Rumi (l207-1273)

 

Repost 0
Published by nadia - dans SAGESSE

Articles Récents