Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 02:00
Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
6 juillet 2006 4 06 /07 /juillet /2006 00:25

Je veux me convertir à l'islam : comment faire ?

 

Question :

 

Bonjour. Je suis sur le point de me convertir à l'islam. J'aimerais savoir que doit faire une personne, homme ou femme, pour se convertir à l'islam et pour que cela soit valable. J'aimerais aussi savoir si je dois me faire circoncire. Je voudrais enfin vous dire que j'ai une certaine appréhension liée au fait que je ne connais grand-chose de l'islam et que je risque donc, après ma conversion, de commettre sans m'en rendre compte une erreur par manque de savoir sur les règles éthiques, morales et sociales de l'islam. Mon appréhension concerne les autres musulmans : comment vont-ils me percevoir ? Voilà une de mes craintes : d'être jugé par les musulmans et musulmanes.


Réponse :

 

Avant de répondre à vos questions, je voudrais rappeler quelques points essentiels :

 

- L'islam n'est pas "la religion des arabes". L'islam est un message universel d'amour et de paix, une conception de l'univers et de la vie sur terre, une volonté de rechercher un accord complet avec ce que Dieu agrée (sens de "soumission", en arabe : "islam"), un ensemble de croyances, de valeurs, de principes et de règles, auquel n'importe quel être humain peut adhérer.

 

Que l'on soit typé comme un oriental ou comme un africain à la peau sombre, que l'on soit blond aux yeux bleus ou jaune aux cheveux noirs de jais… Que l'on soit un bédouin du désert ou un cadre informatique travaillant dans un gratte-ciel, que l'on soit navigateur voguant sur les eaux bleues ou ouvrier gagnant sa vie à la sueur de son front et à la force de ses bras… que l'on soit d'Orient ou d'Occident… Que l'on soit né dans une famille musulmane ou que l'on choisisse de se convertir à l'islam par conviction profonde et intime, après avoir été adepte d'une autre religion ou après avoir été athée… Que l'on soit homme ou femme… Que l'on soit d'âge mûr, âgé ou jeune… L'islam accueille toutes celles et tous ceux qui choisissent de plein gré d'adhérer à son message. Et tous ces gens deviennent musulmanes et musulmans au même titre que celles et ceux qui l'étaient déjà avant eux.

 

"O les hommes, Nous vous avons créés à partir d'un seul homme et d'une seule femme, et Nous avons fait de vous des nations et des tribus pour que vous vous entre-connaissiez. Le plus noble d'entre vous, auprès de Dieu, est le plus pieux d'entre vous. Dieu est Omniscient, Informé." (Coran 49/13).

 

"Et parmi Ses Signes : Il vous a créés de terre, puis vous voilà des hommes se dispersant [dans le monde]. Et parmi Ses Signes : Il a créé pour vous, de vous-mêmes, des épouses pour que vous viviez la tranquillité auprès d'elles et Il a mis entre vous de l'amour et de la tendresse. Il y a en cela des signes pour ceux qui réfléchissent. Et parmi Ses Signes : la création des cieux et de la terre, et la diversité de vos langues et de vos couleurs. Il y a cela des signes pour ceux qui savent." (Coran 30/20-22).

 

- Aucune contrainte ne peut être exercée sur qui que ce soit pour le convertir à l'islam. Le Coran est clair : "Pas de contrainte en religion : la vérité s'est distinguée de l'erreur." (Coran 2/256).

 

- Au niveau des croyances et des grands principes (al-usûl), il n'y a pas de différences de règles de l'islam par rapport aux différences de contextes dans lesquels vivent les musulmans. En revanche, pour ce qui ne relève pas de ces choses-là, une adaptation de certaines règles par rapport au contexte ('urf) est possible. A cela il faut ajouter que l'islam n'enseigne pas les modalités temporelles, que les sources musulmanes se contentent à ce sujet de fournir des principes et non des éléments détaillés, et que la règle fondamentale à ce sujet est la permission.

 
La conversion d'une femme ou d'un homme à l'islam

 

Il s'agirait plutôt d'une "re-conversion à l'islam", puisque, comme l'a dit le Prophète (sur lui la paix), chacun et chacune naissent en étant prédisposés (fit'ra) à l'aspiration et à la soumission à Dieu, ce qui est le sens de "islam".

 

En islam, étant donné qu'il n'y a pas de clergé, il n'y a pas de représentant de Dieu sur terre. De même, il n'y a pas de baptême comme c'est le cas dans le catholicisme. Pour se convertir à l'islam, il suffit d'accepter qu'il n'y a aucune divinité en dehors de Dieu et que Mohamad (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) est le Dernier Messager de Dieu.

 

Il est bon que des musulmanes et musulmans qui sont présents dans le lieu que l'on habite sachent que l'on s'est reconverti à l'islam. Cela parce que les musulmans forment une grande communauté (qui n'est basée ni sur la race ni sur la couleur de la peau mais sur l'acceptation d'une même conception du sens de la vie et sur le partage de valeurs communes), et le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a souvent rappelé qu'il faut rester attaché à la communauté ce d'autant plus qu'il n'y a pas de clergé en islam).

 

Je voudrais rappeler ici les points suivants :

 

- L'acceptation des deux points mentionnés ci-dessus revient à accepter des choses plus globales, comme :

a) Vouloir sincèrement adorer Dieu et se soumettre à ce que Dieu veut.

b) Croire comme véridiques toutes les paroles de Dieu (le Coran) et tout ce que Mohamad a montré comme voie (ses actes, ses paroles et approbations).

 

- "Croire en quelque chose", ce n'est pas seulement "connaître l'existence de cette chose", c'est "connaître, reconnaître l'existence de cette chose, et adhérer à ce que cela représente".

 

- Celui ou celle qui se convertit doit le faire sincèrement (pour Dieu) et non pas pour rechercher un avantage matériel ou social. Les musulmans et musulmanes n'ont aucune possibilité ni aucun droit de dire d'une personne qu'elle s'est convertie pour obtenir un avantage social. Mais Dieu, Lui, sait ce que recèlent les cœurs et Il demandera des comptes à chacun et à chacune le jour du jugement.

 
Comment se passe la conversion à l'islam

 

La personne prononce la formule "Je témoigne qu'il n'y a aucune divinité en dehors de Dieu et que Mohamad est le messager de Dieu". Le mieux est qu'elle le fasse devant d'autres personnes, puisqu'il s'agit d'un témoignage. Il y a aussi une autre formule que l'on peut également dire et qui est extraite d'une parole du Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) : "Je crois en Dieu, en l'existence des anges, en les Livres de Dieu, en Ses messagers, au Jour dernier, et au Destin (que le bien et le mal ont été prédestinés par Dieu)."

 

Il est bon d'informer des musulmans et musulmanes de sa conversion à l'islam. A partir de ce moment, on apprendra peu à peu non seulement les actes du culte, mais aussi les règles éthiques, morales et sociales que l'islam offre aux femmes et aux hommes. Cela se fera peu à peu. Il ne faut pas s'angoisser dès le premier instant.

 

Le jour où l'on se convertit, il est mieux de prendre un bain complet (dans certains cas cela peut également être obligatoire), de se débarrasser de la pilosité qui se trouve sous les aisselles et sur le pubis (comme les musulmans et les musulmanes le font tout au long de leur vie).

 

Certains organismes et instituts délivrent des "certificats d'appartenance à la religion musulmane", certificats établis devant le témoignage, par la personne, de la formule de foi. Ces certificats ne servent pas à prouver aux yeux des autres musulmans sa conversion à l'islam, mais seulement à l'accomplissement du pèlerinage à La Mecque (les autorités saoudiennes demandant souvent, pour des raisons évidentes d'administration, ce genre de certificats).

 
L'homme qui se convertit à l'islam doit-il se faire circoncire?

 

Ce qui est certain c'est que la validité de la conversion ne repose pas sur la circoncision : même au cas où quelqu'un s'est converti mais ne s'est ensuite pas fait circoncire, sa conversion est en soi valable. La seule question qui se pose est de savoir si se faire circoncire est obligatoire ou pas, et si le fait de ne pas s'être fait circoncire après s'être converti constitue donc un péché ou pas. D'après Ash-Shâfi'î et Ahmad, la circoncision est effectivement obligatoire, tandis que d'après Abû Hanîfa elle est fortement recommandée. Ash-Shawkânî a donné préférence à l'avis disant que ce n'est pas obligatoire. Je partage le second avis. Il y a certes un Hadîth qui rapporte du Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) qu'il a dit : "Celui qui se convertit, qu'il se fasse circoncire", mais Ash-Shawkânî a écrit qu'aucun Hadîth indiquant le caractère obligatoire de la circoncision n'est authentique. Même ceux des savants qui pensent que c'est obligatoire disent qu'au cas où, à cause de l'âge, il n'est pas bon pour quelqu'un de se faire circoncire (selon avis médical), alors il ne le fera pas.



Concernant l'appréhension que vous évoquiez

 

Elle n'a absolument pas lieu d'être. Soyez serein(e).

 

1- Il est vrai que l'islam dit que chaque musulman ou musulmane qui voit un acte mauvais se commettre doit rappeler à celui qui le commet ses devoirs vis-à-vis de Dieu. Mais le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) a aussi enseigné la progressivité dans le rappel, ce qui est valable pour les musulmans en général, mais aussi et surtout pour ceux qui viennent de se convertit à l'islam.

 

Le Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) avait envoyé Mu'âdh au Yémen vers la fin de sa vie, alors que la plupart des obligations et des interdictions de l'islam étaient déjà révélées. Or, il lui avait bien recommandé d'être progressif lorsqu'il informerait ceux qui se convertiraient à l'islam des obligations leur incombant : "Tu vas te rendre auprès de Gens du Livre. Que la première chose à laquelle tu les invites soit l’adoration de Dieu. Lorsqu’ils connaîtront Dieu, informe-les que Dieu a rendu obligatoires cinq prières dans la journée et la nuit. Et lorsqu’ils feront cela, informe-les que Dieu a rendu obligatoire sur eux une aumône qui sera prise de leurs riches et donnée à leurs pauvres…" (Rapporté par Al-Bukhârî et Muslim). Les musulmans et musulmanes doivent donc se souvenir de cet enseignement du Prophète (Salla Allah ‘alayhi wa Salam) et ne pas vouloir tout rappeler (ce qui est fondamental / obligatoire, comme ce qui est secondaire / purement facultatif) à celui ou à celle qui vient de se convertir.

 

2- Et s'il s'agit de quelque chose de nécessaire qu'il faut rappeler, les musulmans et musulmanes doivent également se souvenir que le Prophète a enseigné dans ce cas la douceur. Surtout vis-à-vis de celui ou celle qui vient d'embrasser l'islam et qui ne sait pas grand-chose de ses règles, pour qui il faut avoir beaucoup de compréhension.

 

3- Enfin, il faut savoir qu'en islam, les musulmans et musulmanes rappellent, ils ne jugent pas. Le Jugement pour les croyances et les actes se fera par Dieu, le jour du jugement. Il est vrai que, dans un pays musulman, – comme dans tous les pays du monde –, des juges existent dans des tribunaux qui rendent des jugements juridiques face à une infraction constatée de la loi du pays. Mais ce n'est pas de ce jugement-là que je parle. Je parle du jugement qui consisterait à dire : "Toi tu iras en enfer", ou "toi tu es un mauvais musulman", etc. : ce genre de jugement est réservé à Dieu. Alors, ne vous tracassez pas. Wallâhu A'lam (Dieu sait mieux).

 
Source :
La Maison de l'Islam

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 14:52

Dialogue entre Abdullah et Michel, partie 2/2


Abdellah : “.......et fait de l'eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas ? " (21, 30). Vous imaginez dans les déserts d'Arabie, où l'eau est si rare, qui aurait pu deviner que non seulement l'homme mais aussi tous les êtres vivants ont étés créés à partir d'eau!

Michel : Je sais que le cytoplasme, le constituent principal des cellules, est composé à peu prés de 80% d'eau et que tous les êtres vivants sont en grande partie composés d'eau.


Abdellah : Qui aurait pu mentionner ces faits dans le Coran il y a plus de 1400 ans ?...Il y a plus de cents affirmations dans le Saint Coran que la Science moderne ne peut contredire. Concernant ces théories, pouvez-vous m'expliquer ce qu'est la dérive des continents?

Michel : Bien sûr. Tous les continents étaient réunis en un seul continent il y a des millions d'années. Puis ils se sont séparés et ont étés écartés les uns des autres à la surface de la terre. Ainsi, si vous regardez une carte du monde, vous pourrez remarquer que la côte Est d'Amérique du Sud peut s'emboîter avec la côte Ouest de l'Afrique, montrant que ces deux continents ne formaient qu'un dans le passé.


Abdellah : Un fait similaire est révélé dans le Saint Coran: Et quant à la terre, après cela, Il l'a étendue, Il a fait sortir d'elle son eau et son pâturage". (79, 30–31). Il est dit que la Terre est passée par une étape où Dieu a séparé les continents les uns des autres en les faisant dériver.

Michel : Essayez-vous d'utiliser la Science pour prouver que le Coran est l'authentique Parole de Dieu ?


Abdellah : Non, le Coran n'est pas un traité scientifique mais plutôt un Livre de signes. Il contient plus de 6000 signes (versets) parmi lesquels 1000 se rapportent à la Science. Je n'utilise pas la Science pour prouver que quelque chose est vrai. Pour cela, on a besoin de quelque chose de parfait, une Science ultime et sans faute. Pour des hommes éduqués comme vous, qui ne croient pas en Dieu, la Science est souvent LA vérité.....mais pour le musulman, le Saint Coran est La Vérité Ultime. Le Coran est aussi appelé le "Furqaan" qui signifie "critère entre le vrai et le faux". Donc j'utilise votre "Vérité" qui est la Science pour vous montrer ce que le Coran dit. Ce que votre Science vous a dit il y a quelques années ou décennies, le Saint Coran l'a dit il y a plus de 1400 ans. Nous pouvons donc être d'accord sur le fait que le Coran est supérieur à la science et que le Coran est LA Vérité Absolue.

Michel : Continuez.


Abdellah : Le Coran dit:
"... et qui du ciel a fait descendre de l'eau avec laquelle Nous faisons germer des couples de plantes de toutes sortes". (20, 53). Ici le Saint Coran mentionne un fait scientifique qui a été découvert très longtemps après et qui est que la flore est composée d'espèces masculines et d'espèces féminines. Ceci est repris au chapitre 13, verset 3 : " ......Et de chaque espèce de fruits Il y établit deux éléments de couple......"

Abdellah : Dans une branche de la Zoologie, il a récemment été annoncé qu'il existe différentes dynamiques sociales dans le monde animal. Le Saint Coran nous dit la même chose, que les animaux et les oiseaux vivent en communautés. On peut lire : "Nulle bête marchent sur terre, nul oiseau volant de ses ailes, qui ne soit comme vous en communauté....". (6, 38)

Abdellah : Si je vous dis que le Saint Coran nous parle de fourmis qui parlent l'une à l'autre, vous allez probablement rire. Mais il a été prouvé que parmi tous les animaux et insectes, la Fourmi est celle qui possède la communauté qui ressemble le plus aux êtres humains. ... en plus d'un système de communication très avancé, (comme mentionné dans le Saint Coran, chapitre 27, verset 18), les fourmis enterrent leurs morts et possèdent un équivalent de ce qu'est un marché boursier.

Michel : Peut-être que votre Prophète était un homme très attentif et qu'il observait les fourmis.


Abdellah : Tout d'abord, je voudrais vous informer que l'Histoire témoigne que le Prophète Mohamad (Salla Allah ‘alih wa salam) était illettré c'est-à-dire qu'il n'a suivi aucune éducation formelle et ne savait ni lire ni écrire. En fait, à cette époque, la grande majorité des Arabes était illettrée et seuls quelques uns d'entre eux savaient lire et/ou écrire.

Néanmoins, il est mentionné dans le Coran que c'est la femelle de l'abeille qui collecte le miel.... Pensez-vous que quelqu'un aurait pu observer cela?

 Je viens juste de me souvenir d'un fait encore plus étonnant. Au chapitre 16, verset 69, on peut lire : "......De leur ventre, sort une liqueur, aux couleurs variées, dans laquelle il y a une guérison pour les gens. Il y a vraiment là une preuve pour des gens qui réfléchissent."  Aujourd'hui les scientifiques nous disent que le miel contient des substances antiseptiques et que son application sur des plaies serait bénéfique. De plus, le miel est utilisé dans plusieurs traitements antiallergiques.

Michel : C'est la raison pour laquelle les soldats Russes, dans le passé, mettaient du miel sur leurs blessures. Oui, et leurs blessures guérissaient en ne laissant qu'une cicatrice minime.


Abdellah : le Saint Coran décrit la circulation sanguine en rapport avec la production de lait chez la vache laitière, mille ans avant que William Harvey ne découvre le phénomène.
"Il y a certes un enseignement pour vous dans les bestiaux: Nous vous abreuvons de ce qui est dans leurs ventres,  [un produit] extrait du [mélange] des excréments [intestinaux] et du sang un lait pur, délicieux pour les buveurs" Au (16, 66)

Michel : Dites mois..... que dit le Coran sur l'être humain?


Abdellah : La réponse a cette question est très longue car le Coran parle des êtres humains avant même leur conception et jusqu'à leur mort. .....Voulez-vous que je vous parle rapidement d'embryologie humaine et des faits révélés dans le Coran?

Michel : Je vous en prie. Cela semble intéressant.


Abdellah : Nous savons qu'après sa fécondation, l'œuf (ovule) descend du tube fallopien pour aller se loger à l'intérieur de l'utérus pour la période de gestation :
"...C'est Nous qui vous avons créés de terre, puis d'une goutte de sperme, puis d'une adhérence puis d'un embryon [normalement] formé aussi bien qu'informe pour vous montrer et Nous déposerons dans les matrices ce que Nous voulons jusqu'à un terme fixé....". (22, 5)

Comme vous le savez, il existe des structures ou rallongements qui se développent à la surface de l'œuf pour permettre à l'œuf d'être nourri et de grandir. Ces structures font que l'œuf ou plutôt le zygote semble vraiment s'accrocher à l'utérus....... ceci est sans aucun doute un fait scientifique découvert il n'y a pas longtemps.

Saviez-vous que cette apparent "accrochement" de l'œuf à l'utérus est décrit 5 fois dans le Saint Coran?

"Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé, qui a créé l'homme d'une adhérence." (96, 1 – 2)

De plus, la croissance du fœtus est décrite en détails en particulier le développement du squelette. "Ensuite, Nous avons fait du sperme une adhérence; et de l'adhérence Nous avons créé un embryon; puis, de cet embryon Nous avons créé des os et Nous avons revêtu les os de chair. Ensuite, Nous l'avons transformé en une tout autre création. Gloire à Allah le Meilleur des créateurs!" (23, 14)

Aussi, l'ordre d'apparition des sens humains est donné dans le Saint Coran: "Puis Il lui donna sa forme parfaite et lui insuffla de Son Esprit. Et Il vous a assigné l'ouïe, les yeux et le cœur. Que vous êtes peu reconnaissants! " (22, 9).

Aujourd'hui la Science médicale ne peut que confirmer que le développement de l'ouïe est complet au bout du 5ème mois alors que la vue n'apparaît qu'au 7ème mois du fœtus. Ces faits n'ont été découverts qu'à partir de 1940.

De plus, on demanda au professeur Keith More, un embryologiste de l'Université de Toronto au Canada, de faire une étude comparative entre les informations trouvées dans le Saint Coran et les informations Scientifiques modernes concernant le développement du fœtus. Sa réponse fut : "Le Saint Coran âgé de 1400 ans contient des passages si exacts concernant le développement de l'embryon que les musulmans peuvent raisonnablement croire qu'ils proviennent de Dieu".

Michel : Si cela est vrai, pourquoi n'en a-t-on pas entendu parler dans les médias?

Abdellah : Il en a été question. Si vous recherchez un peu dans des archives, vous verrez par exemple, dans le "Citizen", un journal Canadien, du 22 Novembre 1984, sous le titre "Un Ancient Livre Saint 1400 ans en avance sur son temps". Ou le Times d'Inde, New Dehli, daté du 10 Décembre 1984 sous le titre "Le Coran marque un point contre la Science moderne".

Michel : C'est vraiment fascinant, n'arrêtez pas. Continuez.


Abdellah : A cet instant, je me souviens d'un verset du Coran: " Nous leur montrerons Nos signes dans l'univers et en eux-mêmes, jusqu'à ce qu'il leur devienne évident que c'est cela (le Coran), la Vérité..." (41, 53)

Saviez-vous que le Saint Coran parle aussi de diététique?

Michel : Que voulez-vous dire?


Abdellah : Vous voyez, certains aliments sont mauvais pour l'être humain et donc leur consommation est interdite.

Michel : Pendant que nous y sommes,... pouvez-vous me dire ce que signifient les termes musulmans Hallal et Haram?

 

Abdellah : Tout ce qui est licite est appelé Hallal alors que tout ce qui est illicite est appelé Haram et c'est le Coran qui fait la distinction entre les deux.
Michel : Pouvez-vous me donner un exemple?

 

Abdellah : Oui. L'Islam a interdit la consommation du sang, quelque soit sa provenance. Vous êtes d'accord sur le point que le sang contient beaucoup d'acide urique, une substance dangereuse pour le corps humain.

Michel : Vous avez raison à propos de la nature toxique de l'acide urique. Chez l'être humain, en fait, l'acide urique est excrété car c'est un déchet. En fait, on sait que 98% de l'acide urique du corps provient de la filtration du sang par les reins et que cet acide urique est éliminé en urinant.

 
Abdellah : La, je pense que vous allez apprécier la méthode Islamique d'abattage d'animaux.

Michel : Que voulez-vous dire?


Abdellah : Vous voyez, ..... La personne qui tient le couteau, alors qu'elle prononce le nom de Dieu, fait une incision des veines jugulaires laissant intactes toutes les autres veines du cou de l'animal.

Michel : Je vois ..... Ceci provoque la mort de l'animal par hémorragie plutôt que par blessure d'un organe vital quelconque de l'animal.

 
Abdellah : Oui, si les organes, comme le cœur, le foie ou le cerveau étaient endommagés, l'animal mourrait immédiatement et le sang resterait à l'intérieur des veines et pourrait facilement pénétrer dans tous les tissus et les organes par infiltration. Ceci provoquerait la contamination des organes par de l'acide urique ce qui est dangereux. Les diététiciens viennent à peine de découvrir ce phénomène.

Michel : Aussi, pouvez-vous me dire pourquoi les musulmans ne mangent pas de porc ni ses produits dérivés?


Abdellah : En fait, non seulement le Coran interdit la consommation de porc mais la Bible aussi l'interdit. Dans le Lévitique, chapitre 11, verset 7-8, .....Il est dit : "Vous ne mangerez pas le porc, ...Vous ne mangerez pas de leur chair, et vous ne toucherez pas leurs corps morts : vous les regarderez comme impurs". De plus, saviez-vous que le porc ne peut pas être égorgé tout simplement parce qu'il n'a pas de cou?.....Cela est une caractéristique physique naturelle du porc, de ne pas avoir de cou.

Les musulmans disent que si Dieu avait voulu que l'on puisse manger du porc, Il lui aurait donné un cou pour qu'on puisse l'égorger.

Néanmoins, ....sans aller aussi loin, je suis sûr que vous savez que la consommation de porc est mauvaise pour la santé, quelque soit le produit : côtes de porc, jambon, bacon, etc.

Michel : La Science médicale dit qu'il y a un risque de contracter un grand nombre de maladies car le cochon porte un grand nombre de parasites et de germes pathogènes en lui.


Abdellah : Oui, sans aller jusque la, nous parlions il y a quelques instants de l'acide urique contenu dans le sang... eh bien il est important de noter que le corps du cochon ne se débarrasse que de 2% de son acide urique, les 98% restants ne sortant pas du corps. Ceci explique le haut pourcentage de rhumatismes trouvé chez ceux qui consomment du porc.

Michel : Je n'avais jamais entendu toutes ces choses sur le Coran. Dites-moi, qu'est-ce que dit le Saint Coran à part cela?

 
Abdellah : Le Coran parle du Salut dans cette vie et dans celle d'après. On ne peut pas faire de rapprochement avec la Science ici. Le Coran s'adresse aux êtres humains et touche à toutes les disciplines importantes de la Vie. Ainsi, le Coran contient étonnamment des vérités qui n'ont pu être vérifiées par la Science que bien longtemps après, Sa révélation au Prophète Mohamad (Salla Allah ‘alih wa salam) il y a 1400 ans.

Ceci me rappelle une parole très sage de Saint Francis qui a dit "C'est un peu de savoir qui fait de vous un athé et une exploration plus approfondie de la Science qui fait de vous un croyant".

Après ces derniers mots, personne ne dit plus rien...

Il n'y a de Puissance ni de Force qu'en Allah.

 
Allah est Grand, louange à Allah...

Source : www.air-islam.com

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
3 mai 2006 3 03 /05 /mai /2006 14:12

Dialogue entre Abdullah et Michel, partie 1/2

Assis l'un à cote de l'autre, deux messieurs venant de deux mondes différents. Les présentations faites, la conversation continue


Michel : Je ne crois pas en Dieu, mais plutôt à la Science et à la Technologie, quelque chose de tangible, vous voyez, mais si vous me prouvez que Dieu existe, je pourrais changer d'avis.

Abdellah : D'accord, si vous êtes intéressé par la technologie, pouvez vous répondre à cette question : A propos d'un appareil sophistiqué ou d'un objet électronique, qui serait d'après vous la personne qui saurait le plus sur ses mécanismes de fonctionnement?

Michel : Je pense que ce serait la personne qui a inventé ou construit l'appareil.

Abdellah : On est donc d'accord que c'est la personne qui a construit l'objet, ou son créateur, qui connait tout ce qu'il y a à savoir sur l'objet.

Michel : Je ne vois pas d'objection à cela. Cela me semble raisonnable.

 

Abdellah : Parfait. J'ai une autre question à vous poser : Comment l'Univers a-t-il été créé?

Michel : D'après des résultats scientifiques récents, l'univers tout entier était une masse gigantesque, qui lors d'une explosion cosmique a donné naissance au Soleil et à la Terre et à toutes les autres planètes.


Abdellah : Et vous croyez à cette théorie?

Michel : Oui, bien sûr, ce sont des faits établis basés sur des preuves scientifiques. En fait, cette idée de création de l'Univers a vu le jour en 1973 et a été appelée la théorie du "Big Bang".


Abdellah : Je vois. Et bien j'ai une surprise pour vous : dans le Saint Coran,, il est écrit :
"Ceux qui ont mécru, n'ont-ils pas vu que les cieux et la terre formaient une masse compacte? Ensuite Nous les avons séparés et fait de l'eau toute chose vivante. Ne croiront-ils donc pas?" (21, 30)

Nous pouvons voir ici que le Saint Coran décrit la théorie du Big Bang, et laissez moi vous rappeler que le Saint Coran a été révélé il y a 1400 ans.

Michel : J'ai très peu entendu parler du Coran, pouvez-vous me raffraîchir la mémoire?


Abdellah : Bien sur. Les musulmans croient que le Saint Coran est la parole de Dieu, pure, inaltérée, et qu'elle a été révélée au Prophète Mohamad (Salla Allah ‘alih wa salam) par l'Ange Gabriel. La révélation du Saint Coran fût complétée en 23 ans, la durée de la mission prophétique.

Michel : Etes-vous sur que le Saint Coran est vieux de 1400 ans et qu'il n'a jamais été altéré?

 

Abdellah : Absolument, c'est un fait historique que le Saint Coran a été révélé au 7eme siècle et qu'il est resté inchangé depuis. Les historiens, qu'ils soient pour ou contre l'Islam, sont tous d'accord sur ce point.

Michel : Dans ce cas, le verset sur le Big Bang n'est peut être que le fruit du hasard.

Abdellah : ........Que dit la science à propos de la forme de la Terre?

Michel : Dans le passé, l'Homme croyait que la Terre était plate jusqu' à ce qu'un certain Sir Frances Drake en 1607 ne prouve finalement que la Terre soit sphérique. Aujourd'hui, le terme Géoïde est utilisé pour décrire la forme sphérique de la Terre.


Abdellah : Etonnement, dans le Saint Coran, il est écrit : "
N'as-tu pas vu qu'Allah fait pénétrer la nuit dans le jour, et qu'il fait pénétrer le jour dans la nuit, et qu'Il a assujetti le soleil et la lune chacun poursuivant sa course jusqu'à un terme fixé?" (31, 29). L'utilisation du mot "pénétrer" est faite pour insister sur le caractère lent et continu du passage du jour vers la nuit et vice-versa. Et ce n'est pas possible si la Terre est plate.

Michel : Continuez.

 
Abdellah : Plus loin, il est écrit :
"Il enroule la nuit sur le jour et enroule le jour sur la nuit". (39, 5). Le mot arabe utilisé est "Kaw'wara" qui signifie "anneau" ou "enrouler". Ce verbe est utilisé pour décrire le fait d'enrouler quelque chose autour d'un objet sphérique. Vous dites que ce fait a été découvert assez récemment, alors dites moi qui aurais pu l'écrire dans le Saint Coran il y a 1400 ans?

Michel : Je ne suis pas convaincu.

 
Abdellah : D'accord. Alors dites moi d'ou vient la lumière de la Lune?

Michel : Il y a quelques siècles, les gens pensaient que la Lune était une version miniature du Soleil et que les deux astres émettaient de la lumière. Plus tard, des astronomes ont découvert que la lune ne faisait que refléter la lumière du Soleil.

 
Abdellah : Dans le Saint Coran il est écrit :
“Que soit béni Celui qui a placé au ciel des constellations et y a placé un luminaire (le soleil) et aussi une lune éclairante!" (25, 61)

Ici le Soleil est décrit comme étant une lampe alors que la Lune est décrite comme réfléchissant la lumière, ce qui signifie qu'elle n'émet pas de lumière d'elle-même.

Michel : C'est probablement le fruit du hasard.


Abdellah : Passons..., Quand j'étais a l'école dans les années 80, mon professeur me disait que le Soleil ne bougeait pas et que toutes les planètes tournaient autour le long d'une trajectoire précise pour chaque planète.

Michel : C'est ce que dit votre Coran que le Soleil est immobile dans l'espace?

 
Abdellah : Non, ce n'est pas écrit dans le Saint Coran. C'est ce que l'on m'a enseigné à l'école.

Michel : Aujourd'hui la science a fait des progrès et nous savons qu'en fait, le Soleil suit lui-même une trajectoire précise. Quand on possède les instruments adéquats, on peut voir qu'à la surface du Soleil se trouvent des tâches appelées "tâches solaires" ou "spots". Si on observe d'une manière continue ces tâches solaires, on remarque qu'il faut 25 jours à ces tâches pour revenir au même endroit, c'est à dire pour que le Soleil complète une révolution sur son axe. On en conclut donc que le Soleil tourne sur un axe et qu'il compte sa révolution en 25 jours.


Abdellah : Je dois vous dire que vous n'apprenez rien aux musulmans car dans le Saint Coran, il est écrit :
"Et c'est Lui qui a créé la nuit et le jour, le soleil et la lune, chacun voguant dans une orbite". (21, 33). Ici il est évident que le Soleil et la Lune ont chacun une trajectoire qu'ils parcourent dans l'espace.

Pouvez-vous me dire qui aurait pu mettre ces faits scientifiques dans le Saint Coran alors que ces faits n'ont été découverts que récemment par les scientifiques?  Avant que vous répondiez a ma question, dites moi... y a-t-il une différence entre une étoile et une planète?

Michel : Oui, aujourd'hui, nous savons que les étoiles sont des corps célestes comme le soleil, c'est à dire qu'elles produisent leur propre rayonnement alors que les planètes ne produisent aucun rayonnement...comme la Terre.

 
Abdellah : Ici, nous voyons la distinction entre étoiles et planètes faite dans le Saint Coran: "Par le ciel et par l'astre nocturne. Et qui te dira ce qu'est l'astre nocturne?" (86, 1–3), ici référence est faite aux étoiles. Les planètes sont décrites comme étant des ornements: "Nous avons décoré le ciel le plus proche d'un décor : les étoiles". (6, 37)

Michel : Hmmmmmm ....Tout le monde sait que les Arabes étaient très avancés dans le domaine de l'Astronomie, et peut être que ce sont ces astronomes qui ont donné ces informations au Prophète Mohamad.


Abdellah : Il est vrai que les Arabes étaient très avancés dans le domaine de l'Astronomie, mais je suis désolé de vous dire que vous vous trompez d'époque.
Michel : Que voulez-vous dire?

 
Abdellah : Je vous rappelle que le Saint Coran a été révélé des siècles avant que les Arabes ne fassent de grandes découvertes en astronomie. Donc ce sont les Arabes qui ont appris des choses sur l'astronomie en lisant le Coran et non pas l'inverse.

Le Saint Coran mentionne au Chapitre 30, verset 48 : "Allah, c'est Lui qui envoie les vents qui soulèvent des nuages; puis Il les étend dans le ciel comme Il veut; et Il les met en morceaux. Tu vois alors la pluie sortir de leurs profondeurs. .....".  En parlant de géographie, je ne sais pas si vous connaissez le terme "plissement".

Michel : Oui, vous voyez, la croute terrestre est relativement peu épaisse et les montagnes, créées par ces phénomènes de plissements de la croûte donnent plus de stabilité à cette Terre.


Abdellah : Le Saint Coran nous donne une indication sur ce phénomène :
"N'avons-Nous pas fait de la terre une couche? Et (placé) les montagnes comme des piquets? ". (78, 6-7) Ici le mot "piquet" est utilisé pour montrer que les montagnes permettent de tenir la terre (croûte) en place, immobile. De plus, la première partie du verset nous montre que la terre n'est pas plate car c'est une surface étendue sans bord, dans le sens où on peut la parcourir sans jamais en tomber. Cette idée est reprise plus en détails: "Et Nous avons placé des montagnes fermes dans la terre, afin qu'elle ne s'ébranle pas en les [entraînant]".(21, 31) Ici, on nous dit que les montagnes permettent la stabilité de la terre en empêchant la forme de la terre de changer et de provoquer un changement d'orbite de la planète. Dans le Saint Coran, il n'y a pas que des faits scientifiques concernant l'astronomie, mais beaucoup d'autres sujets scientifiques sont abordés.

Michel : Je vous écoute.


Abdellah : Dans plusieurs versets du Saint Coran, des détails sont donnés sur le cycle de l'eau. Ces versets expliquent que l'eau s'évapore depuis le sol et les cours d'eau pour former des nuages...ces nuages se condensent, il peut alors y avoir des éclairs ou des pluies depuis ces nuages...Ces indications sont clairement écrites: "Ne vois-tu pas qu'Allah fait descendre du ciel de l'eau, puis Il l'achemine vers des sources dans la terre..." (39, 21)

"Et Nous avons fait descendre l'eau du ciel avec mesure. Puis Nous l'avons maintenue dans la terre, cependant que Nous sommes bien Capable de la faire disparaître", (23, 18). Et aussi: “N'as-tu pas vu qu'Allah pousse les nuages ? Ensuite Il les réunit et Il en fait un amas, et tu vois la pluie sortir de son sein. Et Il fait descendre du ciel, de la grêle [provenant] des nuages [comparables] à des montagnes....." (24, 43)

Michel : D'après mes connaissances, le premier schéma correct du cycle de l'eau fût présenté par Bernard Palissy en 1580.


Abdellah : Permettez-moi de continuer… les scientifiques viennent récemment de découvrir que l'eau salée et l'eau douce ne se mélangent pas, n'est-ce-pas?

Michel : Tout a fait.....Ce phénomène a été observé à différents endroits de la planète. Par exemple la région où le Nil rencontre la Méditerranée et plus particulièrement la où les deux eaux coulent ensemble sur une distance de quelques milliers de kilomètres.


Abdellah : Dans le Coran on peut lire : "Et c'est Lui qui donne libre cours aux deux mers : l'une douce, rafraîchissante, l'autre salée, amère. Et Il assigne entre les deux une zone intermédiaire et un barrage infranchissable". (25, 53)

Michel : Peut-être que des Arabes qui nageaient dans la mer ont pu observer ce phénomène.


Abdellah : Cela est peu vraisemblable. Ce que vous ne semblez pas réaliser est que le Saint Coran dit aussi que c'est une barrière invisible et donc qu'il est impossible de l'observer.

Michel : Je vois..... Selon Darwin et sa théorie de l'Evolution, toute forme de Vie provient de la mer ou des océans. Pouvez-vous me dire ce que votre Coran dit à ce propos?


Abdellah : Bien sûr, mais d'abord pouvez-vous me dire pourquoi cette théorie conduit à une telle affirmation que la vie vient de la mer?

Michel : Et bien, une des raisons est que l'eau entre dans la composition de la plupart des êtres, humains et animaux. En fait, le pourcentage d'eau dans les corps (humains et animaux) varie entre 50 et 90% selon l'espèce.

Source : www.air-islam.com

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 14:46


Les parents non musulmans

L'imam Mouslim rapporte l'histoire du compagnon Sa'ad Ibn Abi Waqqâs (Allah soit satisfait de lui), démontrant que lorsque sa mère sut qu'il avait accepté l'islam, elle prêta serment de ne plus parler à son fils, ni prendre aucune nourriture tant qu'il ne quitterait pas l'islam. Elle dit : "Allah t'a ordonné d'obéir à tes parents, et je suis ta mère, tu dois donc m'obéir." Elle serait morte si quelqu'un n'avait pas été là pour lui donner de l'eau pour survivre.

 

A cause de cet incident, le verset suivant fut révélé : "Et nous avons enjoint à l'homme de bien traiter ses père et mère, et si ceux-ci te forcent à M'associer, ce dont tu n'as aucun savoir, alors ne leur obéis pas." (Sourate 29 / Verset 8)

 

Allah dit aussi : "Et si tous deux (ton père et ta mère) te forcent à M'associer ce dont tu n'as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable." (Sourate 31 / Verset 15)

Ces versets démontrent clairement l'attitude à adopter envers les parents non musulmans. Leur obéir dans les pratiques contraires à l'islam et dans le péché n'est pas considéré comme agir en bien envers eux. (Pas d'obéissance aux créatures dans la désobéissance du Créateur), "Lâ Tâ 'ata limakhloûquin fi ma'siyatil khâliq". Suivant cette règle retirée du Coran par les juristes musulmans, les droits d'Allah sont donc prioritaires sur ceux des créatures.


Comment agir alors ?

Pour nous qui vivons dans une société non musulmane, le sujet d'obéissance aux parents non musulmans doit être examiné très minutieusement.

 

L'obéissance aux parents ne signifie pas tomber dans le péché pour leur faire plaisir. Par exemple, on ne devrait pas célébrer et fêter Noël, ou leurs fêtes religieuses, ni s'échanger de cadeaux à ces occasions. D'un autre côté, on doit se comporter d'une manière convenable, leur présenter l'islam par un bon comportement au lieu de se faire respecter par la force ou la contrainte. Par exemple, on ne les obligera pas à ne pas boire de l'alcool en notre présence, ni à s'habiller convenablement en notre présence. Bien sûr que le conseil devra être donné, mais la douceur et la patience sont les meilleures astuces pour se faire respecter et les attirer vers l'islam.


Ne pas couper le liens familiaux

Quelques fois, il arrive que des convertis coupent les relations avec leurs parents soit parce ces derniers ne comprennent pas la nouvelle religion de leurs enfants ou encore parce qu'ils prononcent des paroles désagréables concernant l'Islam. Si vous êtes parmi ces personnes victimes de tels désagréments, pensez au verset précédent. Allah ne dit pas "Coupez toute relation avec eux" mais plutôt " ne leur obéis pas", ce qui signifie que leur obéissance dans le péché, dans les actions contraires à l'islam est interdit. Cela ne signifie pas pour autant qu'on a le droit, dans ces cas, de leur manquer de respect. C'est un devoir et une obligation de les respecter. Ne pas être obligé de leur obéir est une chose, et leur manquer de respect en est une autre. Si la première est autorisée dans certains cas exceptionnels, la seconde ne l'est pas.

 

Malheureusement, une mauvaise compréhension du texte coranique engendre des disputes au sein de la famille, une haine à l'égard de l'islam de la part des parents, et une désobéissance à l'ordre du Coran. On ne doit pas l'oublier, les parents restent toujours les parents, et de ce fait, leurs droits sur les enfants sont toujours présents et transcendent toutes situations.

 

Par contre, la pratique des injonctions et le rejet des interdictions ne doit pas être conditionné selon leur autorisation. L'incident suivant le démontre clairement.

 

La mère d’Asma (Allah soit satisfait d’elle)

La mère d’Asma fille d’Abou Bakr (Allah soit satisfait d’eux), n'était pas musulmane et habitait Makka, lorsque sa fille quitta la ville pour émigrer vers Madina. Après le traité de Houdaybiyya en l'an 8 de l'hégire, La paix étant restaurée, les familles se rendaient visite entre elles. La mère d’Asma vint donc à Madina visiter sa fille et emmena avec elle des cadeaux.

 

Asma (Allah soit satisfait d’elle) ne savait pas comment agir, accepter ou pas, car sa mère n'était pas musulmane mais polythéiste. Elle demanda donc au Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam) comment elle devait agir envers sa mère, si elle pouvait accepter ses cadeaux et si elle devait être aimable et respectueuse envers elle. Le Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam)  lui répondit : "Entretiens de bonnes relations avec ta mère" (Cité dans les Sahih de Boukhâri et Mouslim ainsi que le Sounan de Abou Dâoud)

 

 

Dans l'incident sus cité, Asma (Allah soit satisfait d’elle) ne prit pas l'autorisation de sa mère pour émigrer à Madina et faire Hidjrah, car c'était une injonction de la part d'Allah de partir.


La meilleure chose à faire pour eux

Les enfants des parents non musulmans doivent invoquer Allah en leur faveur. Le verset suivant montre bien que tant qu'ils sont vivants, on doit garder espoir qu'ils acceptent l'islam et invoquer Allah en leur faveur. L'interdiction d'invoquer Allah en leur faveur ne s'applique qu'après leur décès.

Lorsque l'oncle du Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam), Abou Tâlib mourut, il n'était pas musulman même après les efforts de son neveu pour qu'il le devienne. Le Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam) fut très affecté par son décès car son oncle lui était d'une grande aide dans la propagation du message de l'Islam. Il invoqua donc Allah en faveur de son oncle. Allah révéla le verset suivant : "Il n'appartient pas au Prophète ni aux croyants d'implorer le pardon en faveur des associateurs, fussent-ils leur parents alors qu'il leur est apparu clairement que ce sont des gens de l'Enfer." (sourate 9 / verset 113)

 

L'histoire d’Abou Hourayra avec sa mère

L'histoire du célèbre compagnon du Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam), Abou Hourayra (Allah soit satisfait de lui) avec sa mère nous montre l'aspect tolérant de l'Islam.

 

Lorsque Abou Hourayra embrassa l'Islam en l'an 7 de l'hégire, sa mère resta polythéiste pendant une longue époque. Il désirait ardemment qu'elle devienne musulmane et priait en ce sens mais celle-ci refusait toujours. Un jour, il l'invita vers l'islam mais elle prononça des paroles contre le Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam) qui l'attristèrent énormément. Les larmes aux yeux, il s'en alla chez le Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam) qui lui dit :"Qu'est-ce qui te fait pleurer, O Abou Hourayra?". "Je ne cesse d'inviter ma mère vers l'Islam mais elle me repousse toujours. Aujourd'hui, je l'ai invitée de nouveau et j'ai entendu des mots d'elle que je n'aime pas. Invoquez Allah Le Tout-Puissant pour qu'Il incline le cœur de ma mère vers l'Islam."

Le Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam) répondit à la demande de Abou Hourayra et pria en faveur de sa mère. Abou Hourayra raconte :"Je suis partit chez moi et trouva la porte fermée. J'entendis le bruit de l'eau couler et quand j'essayai d'entrer, ma mère me dit : "Restes où tu es, O Abou Hourayra."

Et après s'être habillée, elle me dit : "Entre! " J'entrai et elle dit : "Je témoigne qu'il n'y a aucun autre Dieu à part Allah et je témoigne que Mohamad est Son serviteur et Son messager". "Je retournais chez le Prophète (Salla Allah ‘alih wa salam), pleurant de joie comme je pleurais de tristesse une heure auparavant et je dis : "J'ai de bonnes nouvelles, O Prophète d'Allah. Allah a exaucé votre prière et a guidé la mère de Abou Hourayra vers l'Islam." (Cité dans le sahih de Boukhâri)



Voilà en quelques lignes, l'attitude convenable et raisonnable que l'on doit adopter avec nos parents non musulmans. Et Allah Sait Mieux.

 

Source :

http://islam-reunion.com

www.islam-qa.com

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
2 mai 2006 2 02 /05 /mai /2006 14:41


Fatwa : liens avec parents non musulmans

Question :


Je suis un étudiant grec de 18 ans. Je me suis converti à l’Islam il y a deux semaines et je me rends à la mosquée pour y accomplir les cinq prières quotidiennes et j’apprends le Coran. Mais je suis confronté à des problèmes depuis ma conversion.

Ma petite amie et ma sœur ont accepté ma décision et je planifie mon mariage avec mon amie prochainement. Cependant ma mère pose problème ! Mes relations avec elle se sont refroidies ; elle veut que je retourne au christianisme puisqu’elle n’accepte pas du tout ma conversion à l’Islam. Elle m’a dit que les chrétiens me regarderont comme un traître et les musulmans diront que je les ai rejoint bien que né chrétien. Je n’ai pas encore informé mon père, mes parents ayant divorcé. Et je sais que lui, non plus, n’acceptera pas ma conversion à l’Islam. Et il pourrait même s’attaquer à ma mère (pour cela)… Mon meilleur ami est un musulman qui m’a beaucoup aidé… Ma mère croit qu’il m’a forcé à embrasser l’Islam, ce qui n’est pas juste. Car j’ai étudié l’Islam et me suis rendu compte qu’il est la juste religion. Et c’est pour cette raison que je me suis converti. Quel est le conseil que vous me donnez concernant la manière de traiter avec ma famille ? Je ne voudrais pas décevoir mes parents en particulier ma mère qui a déjà trop souffert en raison du divorce… Je vous remercie de vous être intéressé (à mon cas).


Réponse:

Louanges à Allah

Premièrement, nous vous félicitons et vous bénissons pour le bienfait dont Allah vous a gratifié. Au nom d’Allah, c’est le plus grand bienfait. C’est l’assistance divine à travers laquelle nous Lui demandons de vous admettre au paradis et de vous insérer dans le groupe des prophètes, des véridiques, des martyrs et des saints. Nous vous félicitons doublement parce que vous vous êtes adressé à Allah à cet âge qui fut celui d’une élite des Compagnons du Prophète (Salla Allah ‘lih wa salam) tels Moua’ab ibn Oumayr, Abd Allah ibn Massoud, Mu’adh ibn Djabal et Saad ibn Muadh. Nous vous félicitons encore parce que votre page est redevenue vierge et pure donc non entachée de péchés, l’Islam ayant effacé tous vos péchés antérieurs. Vous allez désormais commencer une nouvelle vie, une vie heureuse, s’il plaît à Allah. Nous demandons à Allah de vous protéger, de raffermir votre cœur et de vous guider vous-mêmes ainsi que vos parents, vos frères et vos amis.

 

Deuxièmement, nous louons Allah puisque vous avez commencé votre cheminement en allant à la mosquée et en apprenant le Coran. Cela constitue un bon signe d’après ces propos de notre Prophète (Salla Allah ‘lih wa salam) : « Quand Allah veut du bien de quelqu’un, il le pousse à s’instruire en religion » (rapporté par al-Boukhari, et Mouslim).

Faites de votre mieux pour poursuivre l’apprentissage du Coran, sa bonne récitation, son usage dans des prières nocturnes, l’apprentissage de ses dispositions et leur application. Car le paradis comporte des niveaux et le lecteur assidu du Coran s’entendra dire, une fois au paradis : lis en montant, tu seras installé au niveau correspondant au dernier verset que tu auras lu.

 

Troisièmement, l’attitude affichée par votre mère n’a rien d’étrange. Et votre vraie bataille est engagée contre Satan. Car il n’est pas satisfait de vote conversion et ne vous veut pas de bien. Et il est certain qu’il cherchera l’assistance de vos proches comme une arme contre vous et pour les empêcher de rejoindre, comme vous le convoi de la foi vraie.

Ne vous attristez pas, ne vous découragez pas. Sollicitez la protection d’Allah contre Satan, le damné, afin qu’Allah vous préserve contre les ruses sataniques. Demeurez doux envers votre mère… Si elle goûtait la saveur de la bonne guidance, elle ne barrerait pas  votre chemin. Demandez à Allah Très Haut de vous assister à l’appeler et à lui donner des conseils. Multipliez en sa faveur les prières pour qu’elle soit bien guidée et couverte de miséricorde. Peut être tomberez-vous sur l’instant d’exaucement et obtiendrez-vous alors leur conversion à l’Islam et l’amélioration de leur existence.

Sachez que vous n’êtes pas seul sur le champ car il y a des milliers d’autres qu’Allah a assisté à connaître la vérité et à choisir l’Islam de plein gré et par conviction. Beaucoup d’entre eux ont rencontré une vive opposition de la part de leurs familles. Et puis Allah a voulu que triomphe et soulagement s’ensuivent de sorte à entraîner d'autres, ce qui sera inscrit pour le compte du fils assisté (par Allah à se convertir le premier). Nous demandons à Allah de faire de vous l’un de ces fils (sauveurs) et de vous donner le bonheur de voir se convertir à l’Islam tous les membres de votre famille.

Sachez que la présence d’une opposition au sein de a famille est une épreuve pour le nouveau converti, qui fait apparaître la sincérité de sa conversion et la force de sa foi. C’est à ce propos que le Très Haut dit : «'Alif, Lâm, Mîm. Est- ce que les gens pensent qu’on les laissera dire: "Nous croyons!" sans les éprouver? Certes, Nous avons éprouvé ceux qui ont vécu avant eux; (Ainsi) Allah connaît ceux qui disent la vérité et ceux qui mentent. » (Coran, 29 : 1-3).

 

Parmi les croyants sincères pouvant être cités comme modèles figure l’éminent Compagnon Saad ibn Abi Waqqas (Allah soit satisfait de lui). Il s’occupait parfaitement de sa mère. Quand il se convertit à l’Islam, sa mère s’abstient de se nourrir afin de l’amener à abandonner sa foi, ce qu’il refusa car il resta attaché à l’Islam de sorte que sa mère trouva son abandon de la nourriture inefficace. Il est rapporté que Saad (Allah soit satisfait de lui) dit à sa mère : « Maman ! Si tu devais mourir de faim cent fois, je n’abandonnerais ma foi, tu peux donc manger ou t’en abstenir ». Et elle finit par se nourrir.  Voir le Tafsir d’Ibn Kathir, 3/429.

 

Quatrièmement, le Coran a traité ce problème qui se posait très fréquemment à cette première génération qui avait rompu avec la mécréance, embrassé l’Islam et fait face à une guerre sans merci déclenchée par leurs clans, leurs familles voire par leurs plus proches parents. C’est pourquoi le Très Haut dit : «Nous avons commandé à l’homme (la bienfaisance envers) ses père et mère; sa mère l’a porté (subissant pour lui) peine sur peine: son sevrage a lieu à deux ans. "Sois reconnaissant envers Moi ainsi qu’envers tes parents. Vers Moi est la destination. Et si tous deux te forcent à M’associer ce dont tu n’as aucune connaissance, alors ne leur obéis pas; mais reste avec eux ici-bas de façon convenable. Et suis le sentier de celui qui se tourne vers Moi. Vers Moi, ensuite, est votre retour, et alors Je vous informerai de ce que vous faisiez » (Coran, 31 : 14-15).

 

Il n’est pas question d’accepter une obéissance aux père et mère , si cela entraîne la mécréance. Il n’en est même pas question, si cela nous fait tomber dans la désobéissance. Il faut toutefois continuer d’assurer un bon traitement aux père et mère de faire de son mieux pour les orienter vers la bonne direction. Agir ainsi est une manière de prouver la grandeur de l’Islam et de le montrer comme une religion de compassion et d’amour qui invite ses adeptes à bien guider les gens et à les amener à partager le bienfait dont ils jouissent eux-mêmes.

 

Cinquièmement, celui qui choisit le bon chemin ne doit plus prêter une oreille attentive au discours des autres ni s’en étonner. Car c’était bien prévu. Sinon que voulez vous que les chrétiens disent ? Que vous êtes devenu sur la bonne voie ? ! Que vous avez découvert enfin la vérité et l’avez préférée à la compagnie de la famille et des parents ? ! Non ! Ils ne le diront jamais. Ne leur faites pas attention quand ils vous traitent de traître ou d’autres (qualificatifs). Jetez sur eux un regard de compassion qui exprime votre souci de bien les guider. Evertuez vous à vous  instruire afin de devenir un prédicateur capable de les arracher à l’aberration et à la déviation.

 

Quant à la croyance de votre mère selon laquelle les musulmans diront que vous avez fini par les rejoindre car vous étiez né chrétien, ce n’est pas juste. Nous dirons plutôt que vous êtes un frère qui a choisi la bonne voie et répondu à l’appel de sa nature vraie propice à l’Islam et au monothéisme. C’est pourquoi ils se précipitent à baptiser les enfants en croyant que s’ils n’agissent pas ainsi, les enfants peuvent devenir musulmans. Ceci montre que l’Islam constitue la religion d’origine (innée) de l’enfant et que si on le laissait, il grandirait musulman…

 

En Islam, ou ne suit personne à l’exception de Muhammad. En effet, c’est lui, le Prophète-Messager que nous avons reçu l’ordre d’obéir. En dehors de ce cadre, l’Islam inculque à ses adeptes la liberté et l’indépendance par rapport à l’autorité du clergé, celle des rabbins et des moines. Car le fidèle musulman n’a pas besoin d’intermédiaire entre lui et Allah Très Haut.

 

Enfin, vous avez dit dans votre question que votre petite amie a accepté votre conversion à l’Islam et que vous planifiez un mariage prochain … A ce niveau, il faut savoir que l’Islam attache du prix à la chasteté de ses adeptes et à la pureté de leurs cœurs. C’est pourquoi il interdit aux hommes d’avoir de petites amies et n’accepte pas que ce genre de relations existe enter un homme et une femme en dehors du mariage. Si votre amie est chrétienne, faites tout pour l’inviter à embrasser l’Islam. Ce serait un grand bien pour vous tous, s’il plaît à Allah Très Haut. Si elle refuse votre invitation, dites lui que l’Islam interdit que vos relations soient maintenues et que vous ne pouvez pas chercher à faire plaisir à quelqu’un au détriment de l’agrément du Clément. C’est pour dire: où bien vous vous mariez (car il est bien permis à un musulman d’épouser une chrétienne) ou bien vous vous séparez si vous préférez être agréé par Allah Transcendant et Très Haut.

 

Le plus important conseil que nous vous donnons consiste à bien vous occuper de votre mère, de votre père et de vos frères et autres proches parents. Soyez doux à leur égard, cherchez à les comprendre, demandez à Allah de les guider et employez pour les inviter à l’Islam des moyens sages comme de belles paroles, des cadeaux, des visites, des invitations à visiter des mosquées, et des offres de livres et de cassettes utiles.

Nous demandons à Allah de veiller sur vous pour vous protéger et vous assister bien faire. Allah le sait mieux.

 

Source : Islam Q&A (www.islam-qa.com)

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 15:48

Philippe Troussier est musulman

 

Philippe Troussier a confirmé à Afrik qu’il s’est bien converti à l’islam. Calme et « un peu gêné » de cette révélation dans la presse, il a accepté de nous dire pourquoi il a embrassé l’islam.


Philippe Troussier a reçu plusieurs coups de fils depuis que la presse a dévoilé qu’il s’est converti, de même que sa femme, à l’islam. Une affaire qui le met quelque peu mal à l’aise, puisqu’il n’a pas choisi de divulguer ce qu’il estime être un pan personnel de sa vie. L’ancien entraîneur de l’équipe nationale marocaine de football, qui vit à Rabat, a tout de même accepté d’expliquer à Afrik pourquoi il a embrassé l’islam.



Afrik.com : Nous avons lu dans la presse que vous vous étiez converti à l’islam. Pourquoi ce choix ?


Philippe Troussier : Ce n’est pas facile de commenter quelque chose qui touche à un aspect personnel... Je suis un homme de foi, qui vient d’une religion monothéiste. Me convertir était une démarche personnelle, spirituelle, qui a fait son chemin. Ce n’est pas arrivé du jour au lendemain. Je suis au contact de diverses sensibilités et cultures, je fais un métier qui m’amène à rencontrer des hommes au cours de mes voyages professionnels. C’est pour ça que j’ai embrassé cette religion. C’est une mise en concordance entre ma foi et mon pays d’accueil, que j’aime et qui m’aime, le Maroc, où je vis depuis dix ans. C’est un acte d’amour et de respect.

Afrik.com : L’information est parue dans la presse sans que vous n’ayez été apparemment consulté...


Philippe Troussier : Une information est parue dans la presse un peu à mon insu. Je pense que c’est quelqu’un de proche qui l’a donnée. Je réponds à vos questions parce que vous faites votre boulot, mais je ne recherche pas la médiatisation. Ma démarche est personnelle et ne regarde que ma liberté de conscience.


Afrik.com : Vous sentez-vous trahi ?


Philippe Troussier : Trahi, c’est un bien grand mot, parce que j’ai de l’estime pour cette personne. Mais je me sens un peu gêné. Ces choses-là sont sensibles, encore plus dans le monde dans lequel on vit.

Afrik.com : La presse a rapporté que vous avez adopté deux fillettes. Est-ce vrai ?


Philippe Troussier : Il n’y a pas d’adoption ici, mais j’ai deux enfants sous mon toit que je protège et que j’éduque pour être en accord avec elles et leur faire du bien. Elles ont toujours un contact avec leur famille. Il y a par ailleurs d’autres Marocains qui vivent sous mon toit.



Afrik.com : Comment s’est déroulée la cérémonie ?


Philippe Troussier : C’était une cérémonie simple, où il y avait deux adouls. J’ai passé un entretien et à partir de là on m’a fait réciter la chahadia. Mais ce n’est pas ça le plus important pour moi. C’est l’état d’esprit qui m’habite. C’est un peu comme un mariage : quand on se marie, ce n’est pas tant le bout de papier qui importe que le cheminement qui y a conduit.

Afrik.com : Alors, maintenant, vous vous appelez Omar et votre femme Amina ?


Philippe Troussier : Oui. Ce qui est marrant, c’est que quand j’étais petit on m’appelait homard. J’aime ce prénom parce que c’est celui du compagnon du Prophète (sala Allah ‘alih wa salam), qu’il est vertueux et plein de courage.

Source:
Afrik.com mardi 28 mars 2006, par Habibou Bangré

http://www.afrik.com/article9659.html

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
1 mai 2006 1 01 /05 /mai /2006 14:14

Les convertis doivent-ils changer leur nom ?

L’islam recommande fortement aux musulmans de porter de beaux prénoms et de donner de beaux prénoms à leurs enfants. On rapporte dans un hadith que le Prophète (Sala Allah ‘alih wa salam) a dit : « Le jour de la résurrection vous serez appelés par vos prénoms et par le prénom de vos pères, donnez-vous donc de beaux prénoms. » Rapporté par Abû Dâwûd.


Du temps du Prophète (Sala Allah ‘alih wa salam), lorsque les gens embrassaient l’islam, il ne leur demandait pas systématiquement de changer leurs noms. Il ne changeait que les noms ayant une mauvaise signification ou ceux qui véhiculaient des concepts et des idées contraires à l’islam. L’épouse du Prophète, Aicha (Allah soit satisfait d’elle) dit à propos du Prophète : « Il ne changeait que les mauvais noms. » [Rapporté par At-Tirmidhî.]

Par exemple, `Umar avait une fille prénommée `Âsiyah (qui signifie désobéissante ou de mauvais caractère). Le Prophète changea son prénom à Jamîlah (c’est-à-dire belle). [Sunan d’Abû Dâwûd].


Abû Dâwûd cite plusieurs occasions où le Prophète a changé le nom de certains individus et de certains lieux dont les noms originels avaient une mauvaise connotation. [Sunan d’Abû Dâwûd]

L’Imâm Al-Bukhârî rapporte d’après Sa`îd Ibn Al-Musayyib que : «Lorsque son grand-père alla voir le Prophète (Sala Allah ‘alih wa salam), le Prophète l’interrogea sur son nom. Il répondit : “(Je m’appelle) Hazn.” (C’est-à-dire difficile) Le Prophète, lui dit : “Tu es Sahl.” (C’est-à-dire facile, aimable). L’homme répondit : “Je ne veux pas changer le nom que mon père m’a donné.” Son petit-fils Sa`îd n’eut de cesse de regretter cette posture et de dire qu’après coup sa famille connut toujours des difficultés. » [Rapporté par Al-Bukhârî]


Chacun peut changer son propre prénom, mais pas son nom de famille ou le prénom de ses parents, à moins que ces derniers soient vivants et acceptent le changement. Par conséquent, les convertis devraient changer de prénoms si leurs prénoms de naissance ont une mauvaise signification. En ce qui concerne leurs noms de famille, ils ne doivent pas en changer car l’islam nous interdit de prendre une filiation autre que celle de nos pères biologiques. Dieu dit dans le Coran : « Appelez-les du nom de leurs pères : c’est plus équitable devant Allah. Mais si vous ne connaissez pas leurs pères, alors considérez-les comme vos frères en religion. » [Sourate 33, Al-Ahzâb, Les coalisés, verset 5.]

Et Dieu est le plus savant.

Source :

http://www.islamophile.org

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
20 avril 2006 4 20 /04 /avril /2006 12:53

Connaître l'Islam - Par Cheikh Atantawi 

 

Un jour j'ai interrogé mes élèves : "Si un étranger venait vous voir et vous disait : "Je dispose d'une heure de temps durant laquelle je voudrais comprendre l'Islam". Comment le lui expliqueriez-vous?" Ils m'ont répondu : "C'est impossible, il faut avoir étudié la science de l'Unicité [Tawhid] - l'art de réciter le Coran [Tajwid] - et son exégèse, la tradition du Prophète , la juridiction islamique et les fondements [science des bases de la juridiction islamique] ... ".

Je leur ai répondu : "Gloire à Dieu ! Le bédouin ne venait-il pas au Prophète, restait auprès de lui au plus une journée, apprenait l'Islam et le portait à sa communauté, il devenait pour elle un guide et un enseignant, et pour l'Islam un prédicateur et un transmetteur.

Plus frappant encore, le Prophète  n'a-t-il pas expliqué en trois phrases toute la religion [la foi, l'Islam, la bienfaisance] dans un propos dit : "questions de Gabriel ". Pourquoi ne l'expliquerions nous pas aujourd'hui en une heure ?

 

Qu'est-ce que I’Islam ? Comment y rentrer ?

 

Tout courant de pensée, bon où mauvais, toute association, utile ou nuisible, et tout Parti oeuvrant pour le bien ou pour le mal, tous ont des principes, des fondements, et des croyances qui fixent leurs buts, orientent leur cheminement et tiennent lieu de statuts pour leurs membres et leurs adeptes.

Quiconque veut devenir membre d'une association, commence par analyser ses "principes". S'il les accepte et croit en leur véracité, et qu'il n'y point de doute, il demande son "adhésion". Il a alors l'obligation de respecter les statuts, de payer la cotisation fixée par le règlement [intérieur] et de montrer par son comportement son attachement à ces principes, il doit se les rappeler en permanence, n'accomplir aucun acte les contredisant, mais plutôt être un bon exemple et un membre effectif de cette association. L'adhésion à une association nécessite une connaissance de son règlement, une croyance en ses principes, un respect de ses décisions, un comportement conforme à ses lois.

 

C'est une situation générale qui s'applique à l'Islam. Celui qui veut entrer en Islam doit en premier lieu accepter ses bases rationnelles. Jusqu’à ce qu'elles deviennent pour lui une croyance.

Ces bases reviennent à croire que ce monde matériel n'est pas toute chose, et la vie d'ici-bas n'est pas toute la vie. L'homme existait avant sa naissance et continuera à exister après sa mort. Ce n'est pas lui qui se donne l'existence, il existait avant de se connaître lui même [durant sa vie foetale].

Ce ne sont pas non plus les créatures inertes autour de lui qui lui ont donné l'existence, car il a une raison et elles n'en ont pas.

 

C'est Dieu l'Unique qui l'a créé ainsi que ce qui l'entoure. Lui seul donne la vie ou la mort. II a créé toute chose, et s'il veut. II peut l'anéantir. Ce Dieu  ne ressemble à aucune chose de ces mondes. Le Tout Puissant, pas de limites à Sa puissance. Le Parfait Savant, rien n'échappe à Son savoir ; Le plus Juste, mais Sa Justice Absolue ne peut être jugée par les critères de la justice humaine. C'est Lui qui a établi les lois que nous appelons "lois de la nature" ; II a créé chaque chose avec mesure, et a précisé depuis l'éternité ses détails et ses différences, et tout ce qui lui adviendra (concernant les vivants et les inertes) de mouvement ou de repos, de stabilité ou de mutation, d'action et d'inaction. Il a donné à l'homme une raison par laquelle il juge beaucoup de choses mises à disposition.

Il lui a donné une raison lui permettant de choisir et la volonté de réaliser ses choix. Il a créé après cette vie éphémère une vie continuelle dans l'au-delà où le bienfaiteur trouvera sa récompense et le malfaiteur sa punition.

Ce Dieu est Unique et Un, II n'a pas d'associé qu'on adore avec Lui, n'a pas d'intermédiaire qui rapproche de Lui ou intercède auprès de Lui, sans Son agrément ; l'adoration sincère sous tous ses aspects Lui est réservée, à Lui seul.

Dieu  a créé des créatures matérielles visibles, qui peuvent être saisies par les sens, et d'autres invisibles pour nous, dont certains sont inertes et d'autres vivants et responsables. Parmi les vivants, il y a ceux destinés au bien, ce sont les anges, d'autres uniquement au mal, les diables, d'autres sont un mélange : iI y a les bons et les mauvais, ce sont les hommes et les djinns.

Dieu désigne des hommes et leur révèle Sa législation par l'intermédiaire de l'ange Gabriel  afin qu'ils la transmettent aux hommes, ce sont les Envoyés. Ces législations révélées du ciel sont dans des livres et des feuilles, la plus récente abroge ou rectifie la plus ancienne. Le dernier de ces livres est le Coran ; ceux qui l'ont précédé ont subi des changements, ont été perdus ou oubliés, le Coran est resté intact.

 

Le sceau des Prophètes et des Envoyés est Mohamed Ibn 'Abd'Allah est venu clore les messages. Aucun Prophète après lui.

 

Le Coran est la constitution de l'Islam, celui qui ajoute foi à sa révélation divine et qui y croit globalement, est appelé croyant. Seul Dieu connaît la sincérité de cette foi, les hommes ne pénètrent pas les coeurs et ne savent pas ce qu'ils recèlent. De ce fait, afin que ce croyant devienne membre de la communauté, il doit déclarer cette foi en prononçant les deux attestations suivantes: [Ash-Hadou Enn La ilaha il Allah wa Ash-Hadou enna Mouhamed Rassoul Allah]

"J'atteste qu'il n'y nulle divinité digne d'être adoré sauf Allah ...Et j'atteste que Muhammad est le Messager de Dieu".

Lorsqu'il les prononce, il devient musulman, "citoyen" authentique de l'Etat musulman, ayant tous les droits. Il doit accepter d'accomplir les devoirs que lui demande l'Islam. Ces devoirs (ou actes religieux) sont peu nombreux, faciles, n'entraînant ni grande peine et ni gêne.

 

Les devoirs à accomplir

 

Premièrement : Accomplir le matin, avant le levé du soleil, deux rak'a, invoquer Dieu, Lui demander de Ses biens et chercher protection auprès de Lui contre Son châtiment. Avant il doit faire ses ablutions. Au milieu de la journée, quatre rak'a, puis quatre autres. Trois au coucher du soleil et quatre dans la nuit, ce sont les prières obligatoires, leur accomplissement nécessite moins de 30 minutes dans la journée. Aucun lieu n'est exigé pour les accomplir. La présence d'une autre personne (un religieux) n'est pas nécessaire pour qu'elles soient valables. Il n'y a point d'intermédiaire dans les prières (et d'ailleurs dans toutes les adorations) entre le musulman et son Seigneur.

 

Deuxièmement : Il existe un mois déterminé dans l'année durant lequel le musulman avance son petit déjeuner pour le prendre à la fin de la nuit au lieu d'être au début du jour, et retarde son déjeuner jusqu'au coucher du soleil.

Durant la journée, il s'abstient de manger, de boire et d'avoir des relations intimes. Il en résulte un mois de pureté pour son âme, un repos pour son estomac, une éducation de son comportement et une bonne santé. Ce mois devient un aspect de regroupement autour du bien et une équité du niveau de vie.

 

Troisièmement : S'il lui reste après ses dépenses, une quantité déterminée de bien, épargnée durant une année sans qu'il en est besoin, il a le devoir de verser, après l'écoulement de cette année, la somme équivalente à 2,5 % aux pauvres et aux nécessiteux.

Il n'en ressentira pas le poids, elle constituera une aide importante aux nécessiteux, un pilier de solidarité sociale, et une guérison. Contre la maladie de la pauvreté, qui est la pire de toutes les maladies.

 

Quatrièmement : L'Islam a planifié pour la société islamique des rencontres périodiques : Une réunion qui se tient cinq fois par jour, comme les séances des cours de l'école, c'est la "prière en groupe".

Chaque membre consolide sa soumission à Dieu en se tenant debout devant Lui. Les fruits de cette rencontre sont : les plus forts aident les plus faibles, les savants enseignent aux ignorants, les riches soutiennent les pauvres. Cette réunion ne dure à peine un quart d'heure. Elle ne retarde ni le travailleur, ni le commerçant. Si la réunion a lieu et qu'un musulman s'absente en accomplissant la prière chez lui, il n'est pas puni mais il a manqué la récompense d'avoir assisté à la réunion.

Une autre rencontre se tient une fois par semaine, c'est "la prière du Vendredi", elle dure moins d'une heure. Y assister est obligatoire pour les hommes.

Une rencontre, comparable à celle d'une ville se tient deux fois par an, c'est "la prière de la fête", [Aid El  Fitr et Aid El Ad-ha] y assister n'est pas obligatoire, elle dure moins d'une heure.

Une rencontre importante a lieu chaque année dans un endroit précis. Le musulman, s'il en a la capacité, a l’obligation d'y assister une fois dans sa vie, c'est le "Pèlerinage".  Ce sont les adorations de bases qui incombent au musulman.

 

Les actes malsains en islam

 

Parmi les autres formes d'adoration, s'abstenir des actes que l'ensemble des sages s'accordent à qualifier de nuisibles (ou mauvais). Citons le meurtre, l'agression, l'injustice; l'enivrant, l'adultère qui est une offense à la dignité et une atteinte à la généalogie, l'usure, le mensonge, la tricherie, la trahison, le refus du service militaire destiné à élever la parole de Dieu, le non respect des parents, le faux serment, le faux témoignage....

Si le musulman néglige certains devoirs ou transgresse certains interdits, puis revient, se repent, demande pardon. Dieu lui pardonne. S'il ne se repent pas, il demeure musulman compté parmi les musulmans, c'est un pécheur qui mérite le châtiment le Jour du Jugement, mais son châtiment est temporaire, contrairement à celui du mécréant.

Par contre, s'il renie certains principes des croyances essentielles, qu'il en doute, rejette un devoir ou un interdit unanimement reconnu ou renie un seul mot du Coran, il sort de la religion, il est considéré comme un renégat auquel on enlève la nationalité islamique. L'apostasie est le plus grand crime en Islam.

Le musulman peut ne pas accomplir certains devoirs ou transgresser certains interdits, tout en reconnaissant leurs caractères obligatoires ou interdits, il demeure musulman mais c'est un pécheur.

Quant à la croyance, elle est indivisible, s'il croit, par exemple, en quatre vingt dix neuf croyances et en abjure une seule, il est non croyant.

Il se peut que le musulman soit non croyant, à l'image de celui qui adhère à un Parti ou à une Association, assiste à ses rencontres, verse ses cotisations, accomplit ses devoirs, cependant il n'accepte pas ses principes, n'est pas convaincu de leurs véracités, son adhésion vise l'espionnage ou la corruption.

 

Le musulman croyant

 

Si l'homme croit aux bases fondamentales de l'Islam : croyance en Dieu, dépouillée de tout associé ou intermédiaire, croyance en les anges, les Envoyés, les Livres, la vie de l'au-delà, la Prédestination - la prononciation des deux attestations ; s'acquitte des prières obligatoires ; jeûne Ramadan ; verse l'impôt purificateur [zakat] sur ses biens s'il en a les moyens ; effectue le pèlerinage une fois dans sa vie s'il en la possibilité ; s'abstient des interdits unanimement reconnus comme tels ; il est alors un musulman croyant.

Cependant, il ne gouttera aux fruits de la croyance que lorsque toute sa vie sera celle d'un musulman croyant.

Le Prophète de Dieu  a résumé le mode de ce comportement en une seule phrase, d'une grande éloquence, d'une concision étonnante, une phrase qui englobe tout le bien dans cette vie et dans la vie dernière. Cette parole demande au musulman de se rappeler Dieu en toutes circonstances, debout, assis, seul, en public, sérieux ou plaisant. Dieu l'observe. Il ne doit Lui désobéir alors qu'il le regarde. Il ne doit avoir peur ou être désespéré alors que Dieu est avec lui. Il ne doit pas sentir la solitude (l'isolement) alors qu'il invoque Dieu, ou avoir besoin de personne alors qu'il implore Dieu. S'il commet un péché, et il est de sa nature de pécher, puis revient et se repent. Dieu lui pardonne.

Tout cela est résumé dans cette parole du Prophète  où il définit la bienfaisance : "C'est d'adorer Dieu comme si tu Le voyais, si tu ne Le vois pas Lui, II te voit"

 

Source :

Connaître l'Islam, par Cheikh Alî Tantâwî. Edition: Dar Almanara 2000

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS
1 avril 2006 6 01 /04 /avril /2006 20:46

 

Que disent ils de l’islam ?

CAT STEVENS : (Maintenant Yousuf Islam). Britannique, anciennement Chrétien, et chanteur pop mondialement célèbre. (Converti à l’Islam en 1973). Dirige maintenant un centre d’entre-aide musulman à Londres.

“Il serait injuste de juger l’Islam à la lumière du comportement de certains mauvais musulmans, qui eux, seront toujours montrés sur les médias. C’est comme si on jugeait une voiture comme mauvaise parce que le conducteur de la voiture a bu et est rentré dans un mur. L’Islam guide tout être humain dans tous les aspects de la vie quotidienne - dans ses dimensions physiques, mentales et spirituelles. Mais nous devons rechercher les sources de ces instructions: le Coran et l’exemple du Prophète. Alors nous pouvons voir l’Islam idéal.”

Adresse actuelle: Chairman, Muslim Aid, 3 Furlong Road London, N7, U.K (Grande Bretagne)

 

AMMED HOLT : Haut fonctionnaire Civil Britannique. A voyagé considérablement à la recherche de la vérité divine. S’est beaucoup dépensé dans la recherche et l’étude comparative du Judaïsme, de la Chrétienté et de l’Islam. (Converti à l’Islam en 1975).

“L’Épée de l’Islam” n’est pas une épée d’acier. Je peux avancer cela par expérience, car l’épée de l’Islam m’a frappé au plus profond de mon être, en mon propre cœur...Et...non, cela n’a pas entraîné ma mort, mais au contraire, a fécondé une vie nouvelle; cela a provoqué une prise de conscience, et m’a forcé à m’interpeller sur des sujets comme: qui suis-je et que suis-je, et pourquoi j’existe?”

Adresse actuelle: 23 Welland Garden; Perivale, Middlesex UBS 8SZ, UK.

 

BOGDAN KOPANSKI : (maintenant Bogdan Ataoullah Kopanski); Américain, d’origine polonaise. Docteur en Histoire Politique:

A fait un parcours très intéressant vers l’Islam et a affronté de sévères épreuves; a été deux fois emprisonné par le régime Communiste polonais (1965, 1981-82). Converti à l’Islam en 1974.

“ Quand j’avais 12 ans, je rejetais la foi contradictoire et illogique de l’Église. Deux années plus tard, en 1962, j’ai été fasciné par la lutte victorieuse des musulmans algériens contre le colonialisme français. C’était la première “flèche de l’Islam” à me toucher. Durant mes études secondaires et à l’université, j’étais un exemple typique de la génération de rebelle rouge (communiste). Mon cheminement vers la Vérité du Saint-Coran était lente et imprévue... En 1974 j’ai visité la Turquie, je préparais ma thèse sur la politique du Sultan et Calife Suleiman Kanunís envers l’état polonais. Je fut alors surpris par la plus mélodieuse voix que l’humanité puisse produire: l’AZAAN, l’appel à la prière par un muezzin.

Mes cheveux se sont dressés sur ma tête. Une force étrange mais puissante me conduisit à la vieille mosquée d’Istanbul. Là, de vieux Turcs barbus et souriants, m’enseignèrent LE WOUZOU, (ablutions). J’ai proclamé la SHAHADA en larmes, et j’ai fait ma première prière, la SALAAT Maghrib... J’ai alors balayé toutes mes idéologies de pacotille... Pour la première fois de ma vie, j’ai éprouvé une telle félicité, et je ressentais le plaisir de l’amour d’Allah dans mon cœur. J’étais un musulman...”

Adresse actuelle: 3013 Harm Drive 203 Grand Prairie Tx 75051 U.S.A.

 

VENGATACHALAM ADIYAR : (Maintenant Abdoullah Adiyar): Indien, journaliste et écrivain Tamoul reconnu. A travaillé comme rédacteur dans le quotidien du Dr M. Kirunanidhi ,“Murasoli”, pendant 17 ans.

A travaillé avec 3 précédents Ministres en chef de “Tamil Nadou”. A reçu la récompense “Kalaimamani” (Big Gem of Arts) du Gouvernement “Tamil Nadou” en 1982. (Converti à l’Islam en 1987)

“ Dans l’Islam j’ai trouvé satisfaction et apaisement à des questions lancinantes qui harcelaient ma conscience: concernant la théorie de la Création, le statut de la femme, la création de l’univers, etc... L’histoire de la vie du Saint Prophète m’a beaucoup fasciné, et il fut alors facile pour moi de faire la comparaison avec celles d’autres leaders religieux, et avec leurs philosophies.”

Adresse actuelle: 1 Ashok Avenue, Rangarajapuram, Kodambakkam, Madras, Inde.

 

HERBERT HOBOHM : (Maintenant Aman Hobohm). Diplomate Allemand, Fonctionnaire Civil et Missionnaire. Un intellectuel, qui a servi la Mission Diplomatique Allemande dans diverses parties du monde. Travaille actuellement comme Attaché Culturel à l’ambassade Allemande à Riyadh, en Arabie. (Converti à l’Islam en 1941).

“ J’ai pu vivre sous différentes latitudes, avec des modes de vie différents et j’ai eu l’occasion d’étudier diverses idéologies, mais je suis arrivé à la conclusion que rien n’est comparable à l’Islam. Aucun de ces systèmes ne détient un code de vie aussi complet que noble. Seul l’Islam le possède; et c’est la raison pour laquelle tant d’hommes, en toute sincérité, embrassent cette religion. L’Islam n’est pas théorique; il est pratique. Il signifie la soumission complète à la volonté de Dieu!”

Adresse actuelle: Cultural Attaché, German Embassy, PO. Box 8974, Riyadh 11492, Saudi Arabia.

 

LEOPOLD WEISS: (puis Mohammad Asad): Homme d’Etat autrichien d’origine juive, journaliste et auteur; ancien correspondant étranger pour le célèbre Frankfuerter Zeitung; auteur de “Islam at Cross Roads”, “Le chemin de la Mecque” (Fayard éd.) et traducteur du Coran. (Converti à l’Islam en 1926). “ L’Islam me paraît comme un chef d’œuvre d’architecture. Toutes ses parties sont harmonieusement conçues pour se compléter et se soutenir entre elles. Rien n’est ici superflu, et rien ne manque, avec comme résultante l’équilibre parfait d’une composition sans faille.”

Décédé le 20 février 1992

 

Mme MARGARET MARCUS :(Maintenant Maryam Jamilah): Américaine, anciennement Juive. Écrivain et journaliste. Auteur de plusieurs livres. (Convertie à l’Islam en 1962).

“ Ma famille et mes amis étaient des gens bourgeois, respectables, intelligents, et cultivés. Des gens qui observaient et croyaient fermement en une certaine base morale. Cependant ils rejetaient tout lien entre l’éthique, la morale donc, et la théologie. L’autorité des Lois et Morales Islamiques procède de Dieu l’Omnipotent. Le plaisir et le bonheur dans l’Islam ne sont que les fruits produits par une satisfaction émotionnelle dans l’exécution consciencieuse de ses devoirs pour le seul plaisir de Dieu, afin d’atteindre, ainsi, le salut. En Islam, les devoirs s’élèvent toujours au-dessus des droits. C’est seul dans l’Islam que ma quête des valeurs absolues fut satisfaite. Dans l’Islam seul j’ai pu enfin trouver tout ce qui avait une vraie valeur, ce qui était beau et bon, donnant une direction et une signification à la mort et la vie humaine.”

Adresse actuelle: C/ C Mr Mohammad Yusuf Khan, Sant Nagar, Lahore,

 

WILFRIED HOFFMAN: (Maintenant Murad Hofman) Doctorat de Droit de la Harvard University. Ex- Haut officier de l’OTAN - Diplomate et Scientifique Civil Allemand. Actuellement Ambassadeur Allemand au Maroc, (Converti à l’Islam en 1980).

“Depuis un certain temps maintenant, dans un effort vers plus de précision et plus de concision, j’ai essayé de mettre par écrit d’une façon systématique toutes les vérités philosophiques qui, selon moi, peuvent être confirmées sans le moindre doute. Au cours de cet effort de réflexion, une vue s’imposait à mon analyse: le fait que l’attitude typique d’un agnostique n’est pas une attitude intelligente. C’est à dire, que l’homme ne peut simplement pas échapper à une obligation de croire; de croire en l’évidence qu’un acte créateur soit à l’origine de tout ce qui existe autour de nous; que l’Islam est la conception qui concrétise la plus grande harmonie avec notre réalité en général. Ainsi j’ai commencé, non sans choc et surprise, pas à pas, malgré moi et mes préjugés, et presque inconsciemment, à ressentir et penser que je devenais Musulman. Seul un dernier acte devait être entrepris: formaliser ma conversion. Depuis aujourd’hui je suis Musulman. Je suis enfin arrivé au bout de ma recherche.”

Adresse actuelle: Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne, Rabat, Maroc

 

EVA DE VITRAY-MEYROVITCH : A fait toute sa carrière aux postes de Chercheur et Directrice du Service des Sciences Humaines du CNRS. Née dans l’aristocratie française, élevée chez des religieuses. Auteur de plusieurs livres. (Convertie en 1950)

“Le Coran est la dernière révélation, et Mohammad (Paix sur lui) est le sceau des prophètes (.....) Puis j’ai été heureuse de constater que je n’étais pas seule, mais je me trouvais située, sans le savoir, dans une grande tradition. Et cela sans avoir à rien renier. Je ne reniais ni la Torah, ni l’Evangile. Je laissai simplement de côté ce qui m’avait toujours agacée, les décisions conciliaires, dogmatiques de messieurs réunis à Rome pour décider que Dieu est comme ceci ou comme cela. (...) On ne se convertit pas à l’Islam, on embrasse une religion qui englobe toutes les autres....”

(Extraits de “Islam, l’autre visage”, Eva de Vitray, Ed. Albin Michel, 1995)

Prince de Galles: Charles d’Angleterre

“La culture islamique, dans sa forme traditionnelle, a réussi à préserver une conception spirituelle globale et complète du monde actuel; chose que nous et nos récentes générations n’avons pas cru utile de faire, en Occident....Il y a une opportunité potentielle à établir de nouveaux et précieux liens entre la civilisation islamique et l’Occident....Peut-être devrions-nous commencer déjà par recruter plus d’enseignants musulmans dans les établissements d’enseignement britanniques...” “The Weekly Telegraph” n°282 du 18 Décembre 1996.

 

EDOUARD GIBBON : (Célèbre historien britannique): “La plus grande réussite de la vie de Mohammad fut le fait d’une pure force morale, sans un seul coup d’épée.” “History of the Saracen Empire.” London 1870

“le succès phénoménal de l’Islam est dû au caractère exceptionnel de sa spiritualité et de son programme social et politique. L’expansion de l’Islam est l’une des plus grandes révolutions de l’histoire”. “Histoire du déclin et de la chute de l’Empire Romain.” Réédition chez R. Laffont, 1983

 

Dr CEASAR E. FARAH : (Docteur d’histoire, Université du Minnesota, USA)

“Ni le sabre, ni même un quelconque prosélytisme, peuvent expliquer l’expansion continuelle de l’Islam à travers les siècles. Cette croissance phénoménale doit être attribuée à son pouvoir d’attraction, et à ses capacités à répondre aux besoins spirituels et matériels de peuples adhérant en masse non à une culture pourtant propre à ses fondateurs, des Arabes du désert, mais à une culture religieuse et à un développement socio-politique qu’ils ont évalués au moment de leur conversion.

“Islam”, Barron’s Ed. Series, Inc - Woodbury - New York - 1968 - p.253


Source:

http://www.islam-paradise.com

Repost 0
Published by nadia - dans SPECIAL CONVERTIS

Articles Récents