Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Catégories




























Voter Imaniatte

Un clique pour voter Imaniatte


Image disparue

1 mars 2006 3 01 /03 /mars /2006 17:08

Le maintien des relations avec les proches parents

 

Allah sobhanaho a dit : Traduction relative et approchée : "Craignez Allah au nom du Quel vous vous implorez les uns les autres et maintenez les relations avec les proches parents".[sourat An-Niça' /3-36]

Certes, l'Islam incite à bien maintenir les relations avec les proches parents afin de raffermir les relations de parenté et d'étendre la bonne entente et l'affection entre les musulmans.

Un jour, un compagnon a interrogé le Messager de Allah (P. S. soient sur lui) en disant : "Ô Messager de Allah, indique-moi une œuvre telle que, si je la fais, j'entrerai au paradis". Le Messager de Allah (P. S. soient sur lui) a répondu : "Donne à manger, maintiens les relations avec les proches parents, accomplis la prière de nuit pendant que les gens dorment, tu entreras au paradis en paix".

Les proches parents sont les proches de la personne qu'ils soient du côté de son père ou de sa mère et quiconque rompt avec l'un d'eux mérite le châtiment sévère de Allah.

Allah sobhanaho a dit : Traduction relative et approchée : "Vous réussirez si vous arrêtez de semer la destruction sur terre et de rompre vos liens de parenté ; car ceux-là sont ceux que Allah a maudits, alors Il les a rendus sourds et aveugles". [sourat Mouhammad / 22-23]

 

Le Messager de Allah (P. S. soient sur lui) a dit: "N'entrera pas au paradis celui qui rompt les liens de parenté". [Rapporté par Al-Boukhariyy]

La signification de ce hadith est que celui qui rompt les liens familiaux n'entrera pas au paradis parmi les premiers. La signification de "maintenir les liens de parenté" c'est rendre visite aux proches que l'on peut visiter, écrire à ceux qu'on ne peut visiter et aider celui d'entre eux qui est dans le besoin. Il n'est donc pas permis au musulman de rompre les liens avec les proches parents.

Mon frère, ma sœur, sachez que visiter vos proches qui ne vous rendent pas visite n'est pas un rabaissement ni une humiliation. Au contraire c'est une bonne qualité et une œuvre d'obéissance envers Allah sobhanaho. A ce propos, le Prophète (P. S. soient sur lui) a dit : "Celui qui maintient vraiment les liens de parenté, ce n'est pas celui qui rend la pareille mais c'est celui qui les entretient avec ceux qui ont rompu avec lui". [Rapporté par Al-Boukhariyy]

 

Le respect et la sollicitude dus aux parents sont soulignés dans les enseignements de l'Islam et couine partie importante de l'expression de la foi d'un Musulman.

Allah sobhanaho a dit : Traduction relative et approchée : "Dieu a décidé de n'adorer que Lui, de tenir une belle conduite envers vos père et mère, soit que l'un d'eux ait atteint la vieillesse ou qu'ils soient parvenus tous deux et qu'ils restent avec vous. Garde-toi de leur marquer du mépris, de leur faire des reproches. Parle-leur avec respect. Sois humble avec eux et plein de tendresse, et adresse cette prière à Dieu: Seigneur, aie pitié d'eux, ils M'ont élevé dans mon enfance". (17, 23-24).

Le Prophète (P. S. soient sur lui) a dit : “Celui qui aimerait  qu'Allah lui prête longue vie et lui accorde de plus grandes richesses doit être bienveillant envers ses parents et en bonne relation avec ses proches”

Ceci est une invitation explicite de notre Prophète (P. S. soient sur lui) à la sollicitude des proches afin de consolider les rapports avec eux.  Elle reflète un présage de grâce et de bienfaits pour ceux qui s'y engagent.

D'après ce Hadith, la générosité envers les proches est équivalente à celle due aux parents en raison de l'importance des relations entre les membres d'une même famille.”

 

la sollicitude envers les proches


Maintenir les relations avec les proches en enquérant de leurs nouvelles, de leur situation, procéder à des visites régulières. Il importe aussi d'éviter de rester longtemps coupé d'eux car les absences prolongées engendrent une froideur dans les coeurs qui sera difficile à réparer par la suite. On pourrait aussi leur venir en aide matériellement et moralement en cas de besoin, sans blesser leur amour propre ou leur susceptibilité, mais plutôt en les ménageant avec délicatesse.”

Le Saint Coran abonde de recommandations dans ce sens. Allah sobhanaho a dit : Traduction relative et approchée : “Oui, Dieu commande la justice, et la bienfaisance, et que l'on donne aux détenteurs de la parenté”   (Annahl:9)

Il dit aussi : Traduction relative et approchée : “Et donne son droit au détenteur de parenté”  (Al Israa: 26)

Et si le proche est dans une bonne situation, n'ayant nullement besoin d'assistance, il suffit de lui rendre visite et de demander de ses nouvelles de temps en temps. Ceci est un devoir. Dans certains cas, un appel téléphonique suffit pour s'enquérir et se rassurer de ses nouvelles. Ainsi perdurent les relations et l'amitié entre les membres d'une même famille, qu'ils soient près ou loin de nous.”

 

Comment le Prophète veillait sur ses proches

 

Le Prophète (P. S. soient sur lui) témoignait de la bienveillance à sa famille et à ses proches. Avec compassion, Il partageait aussi bien leurs moments de joie que de tristesse. Il s'empressait aussi pour consoler et assister ceux qui en avaient besoin. Parmi ses déclarations dans ce sens: “Celui qui croit en Dieu et au Jugement Dernier, doit maintenir les relations avec ses proches”.

Malgré sa sympathie et son affabilité envers ses proches, le Prophète tenait à les mettre en garde contre l'abus des liens qui les rapprochaient de lui et  qui ne sauraient leur attribuer de privilège par rapport à d'autres.  Seuls leurs actes seront pris en compte par Dieu lors du Jugement Dernier,  conformément à la parole divine :

Le Prophète (P.S. soient sur lui) aimait beaucoup son oncle paternel Al-Abbas qui lui prêtait assistance dans les moments difficiles. Souvent, il disait à son propos : “Al Abbas est comme mon père ; celui qui fait tord à Al-Abbas, me fait tord à moi.”

Il aimait aussi son oncle paternel Hamza et sa tante Safia. A la mort de son oncle, martyre de la bataille d'Ouhoud, il en éprouva un profond chagrin.

Par ailleurs, les trois chefs de guerre Zaïd Ben Harita, Jaafar Ben Abi Talib (cousin paternel du Prophète) et Abdallah Ben Rouaha ont trouvé la mort en l'an 8 de l'Hégire lors de la bataille de Mou'ta dont ils assuraient le commandement.

Informé de la mort de ces martyrs, le Prophète (P.S. soient sur lui) s'est rapidement rendu à leurs domiciles pour exprimer son soutien à leurs familles.

A la maison de son cousin Jaafar, il fit venir les enfants de ce dernier. Une fois auprès de lui, il les entoura des bras en les embrassant, alors que les larmes coulaient de ses yeux. Il présenta ensuite ses condoléances à leur mère Asmaa bent Amiss, puis s'en alla. Il dit alors à ses compagnons : “N'oubliez pas la famille de Jaafar, et préparez leur de quoi manger. Ils sont très préoccupés par la mort de leur chef de famille” (A partir de ce moment, l'offre de repas à la famille du défunt est devenu une tradition.)

Asmaa Bent Amiss devait rappeler au Prophète (q P.S. soient sur lui) le sort de ses enfants devenus orphelins et ayant besoin d'aide. Le Prophète (P.S. soient sur lui) lui répondit : “Tu t'inquiètes pour leur sort alors que je suis leur tuteur et protecteur dans ce monde et au delà ?”

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by nadia - dans COMPORTEMENT

Articles Récents